Articles IT et Télécoms

Les avantages et les limites du télétravail

Plus de 50 ans après l’apparition de ce concept aux États-Unis et les premières expériences au Royaume-Uni, le télétravail reste encore une pratique peu répandue. La démocratisation des outils de communication pourrait néanmoins séduire des salariés et certains secteurs d’activité.

Dans les années 50, le mathématicien américain Norbert Wiener écrit un livre dans lequel un architecte vivant en Europe supervise la construction d’un immeuble aux États-Unis sans avoir à se déplacer, grâce à des moyens de transmission de données.

La directrice générale de Yahoo!, Marissa Mayen, ne doit pas partager la même opinion que ce père fondateur de la cybernétique. En février, elle a décidé que tous ses collaborateurs seraient désormais obligés de venir au bureau.

Officiellement, ce retour au siège social permet de « ressentir l’énergie et l’excitation » du travail en équipe, selon un document interne du groupe. Officieusement, la direction pense que les télétravailleurs ne… travaillent pas assez. Pour s’en convaincre, Yahoo! a étudié leurs connexions et a constaté qu’un grand nombre de collaborateurs ne se connectent pas à l’entreprise au travers du VPN mis en place à cet effet. Sans cet accès sécurisé et chiffré, ils ne peuvent pas profiter des ressources du Système d’Information du groupe et donc être efficaces…

Pour Marissa Mayen, qui a pris les rênes de ce géant d’internet en juillet 2012, tout le monde doit être sur le pont afin de viser le même objectif : que Yahoo! recouvre l’aura d’antant.

Un tiers des Suédois

Cette annonce signifie-t-elle l’échec du télétravail ? Non, mais elle rappelle que ce n’est pas une solution idéale. Malgré ce constat, de plus en plus de salariés travaillent depuis leur domicile. C’est surtout le cas outre-Atlantique. Entre 2007 et 2012, la part des entreprises américaines permettant à leurs salariés de travailler de manière flexible, notamment chez eux, est passée de 48 % à 53 %.

Citons l’exemple de Microsoft Suède qui a organisé le 8 février 2013 une journée durant laquelle les bureaux de l’entreprise ont été fermés. L’ensemble des salariés ont été invités à travailler à distance.

En Europe, la situation est plus mitigée. La Suède et la Finlande comptent un tiers des travailleurs contre environ 12 % dans l’hexagone (9 % en 2009). Le télétravail pourrait concerner de 40 % à 50 % des emplois à l’horizon de dix ans, selon un rapport du conseil d’analyse stratégique. Ces estimations doivent être prises avec toutes les précautions d’usage ; déjà dans les années 70, AT&T prévoyait que la majorité des salariés américains travailleraient à domicile en 1990…

Ce décalage entre les prévisions et la réalité s’explique principalement par une méconnaissance du télétravail. Paré de nombreuses vertus, il présente aussi des inconvénients et se heurte au conservatisme managérial et aux contraintes de certains secteurs d’activité.

Les avantages du télétravail

Pour le salarié, le principal atout est social, car il améliore l’équilibre entre vie professionnelle et sphère privée. Diverses études indiquent que les employés gagnent en moyenne 45 minutes de sommeil par jour supplémentaire.

Pour les entreprises, il permet de réduire les frais. Selon IBM, la réduction des navettes entre maison et bureau a engendré, en 2011, une économie de 24 millions de litres d’essence et plus de 50 000 tonnes d’émissions de dioxyde de carbone rien qu’aux États-Unis. Le télétravail diminue également leur deuxième poste de dépenses : l’immobilier. Même si la mise en œuvre du télétravail entraine des frais évalués par l’étude Greenworking à 1.370 € par poste, cela revient moins cher que de trouver des locaux suffisamment bien situés pour attirer des salariés.

Cette même étude affirme que la productivité des télétravailleurs serait accrue de 22 % ! Le cas de Yahoo! semble contredire ce chiffre. Par ailleurs, des experts le relativisent également. Selon eux, il est devenu très difficile de distinguer travail et vie privée à une époque où tous les cadres disposent d’un smartphone et/ou d’une tablette.

Enfin, sans que l’on puisse citer des chiffres précis, tout indique que la mise en place du télétravail réduit également le niveau d’absentéisme, notamment généré par les affections liées au stress.

Les limites du télétravail

Les suspicions soulevées par Yahoo! témoignent d’une réticence relativement forte de nombreuses directions vis-à-vis de ce mode. Le télétravail se heurte en effet à une culture du « contrôle en temps réel » qui a été, et reste encore, la règle d’or de la majorité des managers. Mais ils ne sont pas les seuls en cause puisque le contrat de travail en France est basé aussi sur le contrôle. Il repose sur le temps passé à travailler et non pas sur les résultats. Or comment surveiller, sans être intrusif, un salarié à domicile ?

Cette situation peut aussi engendrer des dérives : contacter les collaborateurs le soir ou le week-end et ainsi augmenter leur charge de travail. De leur côté, les salariés ont parfois des difficultés à s’autodiscipliner dans un environnement associé au repos. À l’inverse, d’autres ne comptent pas leurs heures. Bien que le télétravail soit encadré depuis mai 2012 par la loi Warsmann, le Code du travail ne leur garantit pas de droit à la déconnexion…

Les clés de la réussite pour les salariés

À propos de la décision de Yahoo!, le milliardaire britannique Richard Branson a indiqué sur Twitter qu’il est « perplexe face à la décision de Yahoo! d’arrêter le télétravail. Donnez aux gens la liberté de travailler où ils veulent, et ils excelleront ». Mais tout le monde n’a pas cet état d’esprit. Pour réussir son passage au télétravail, les salariés doivent tenir compte de 4 points clés :

  • Disposer d’une triple aptitude à l’autonomie (professionnelle, gestion du temps, technique)
  • Habiter un logement compatible avec le télétravail : surface, réseaux et environnement familial (pas d’enfants en bas âge restant à la maison toute la journée…)
  • Avoir un rapport de confiance très grand avec l’entreprise et le management
  • Avoir une fonction bénéficiant d’un fort degré d’autonomie dans l’organisation afin de profiter d’un contrôle par objectifs

Les clés de la réussite pour les entreprises

De leur côté, les managers doivent prendre différentes mesures afin que le télétravail ne soit pas considéré comme un échec, un privilège ou une « punition » réservé à certains collaborateurs. Des entreprises « testent » les salariés en les installant seuls dans des bureaux pendant cinq jours pour étudier leur comportement. D’autres limitent le télétravail à deux jours par semaine pour éviter que les salariés soient plus ou moins « exclus » des équipes restant au siège social.

Quelles que soient les méthodes mises en place par la DRH, les entreprises doivent tenir compte de 5 obligations :

  • Informer et convaincre toute la hiérarchie sur les raisons et objectifs du changement
  • Concevoir et mettre en place de nouvelles procédures pour la gestion à distance
  • Mettre en place des formations pour toute la hiérarchie, les télétravailleurs et leurs collègues
  • Justifier et expliquer que le télétravail n’est pas adapté à tous les métiers
  • Justifier et expliquer que le télétravail n’est pas adapté à tous les salariés

Discussion

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :