Articles IT et Télécoms

Comment bien choisir son imprimante

Présent depuis de nombreuses années dans les entreprises, ce périphérique s’est banalisé tout en devenant plus perfectionné qu’auparavant. Néanmoins, le choix d’un modèle n’est pas aussi évident qu’il n’y paraît. Il faut tenir compte de plusieurs critères.

L’imprimante s’est banalisée. Les prix s’échelonnent de 80 à plus de 1000 Euros, pour des modèles pouvant fonctionner en réseau ou spécialisés dans certaines tâches.

L’impression jet d’encre et laser sont les deux principales technologies. Elles présentent chacune des avantages et des limites qu’il convient de connaître afin d’opter pour un modèle précis.

Les imprimantes laser : pour les gros volumes bureautiques

Contrairement à une idée reçue, les modèles laser sont apparus avant les imprimantes à jet d’encre. Imaginé à la fin des années 60, un prototype fonctionnel a été présenté par Xerox en 1971. Cette antériorité peut expliquer la parfaite maitrise d’une technique complexe : pour simplifier, la feuille de papier passe autour de nombreux rouleaux durant le processus d’impression.

Proposées à des prix devenus très abordables (autour de 100 € pour les monochromes), elles conviennent pour les gros volumes de documents bureautiques et sont plus rapides que les jets d’encre. Cet avantage vaut surtout avec des pages chargées (avec par exemple de nombreux tableaux et graphismes) ou des photographies, car elles effectuent tout le travail en quelques tours de tambour.

Les imprimantes jet d’encre : pour la photographie

À la différence des « laser », les modèles jet d’encre projettent des gouttes d’encre. La feuille passe directement du bac de chargement au bac de sortie (qui peut être le même) en passant sous des buses. Cette catégorie est idéale pour les photographies et les petits tirages. Mais il faut être patient compte tenu du processus d’impression.

Les appareils multifonctions

Les constructeurs proposent également des appareils multifonctions (à technologie laser ou jet d’encre) qui intègrent un scanner. Ces équipements peuvent également servir de photocopieur d’appoint.

Les principales caractéristiques à connaître

Au-delà des techniques d’impression, il convient de porter une attention particulière à certaines caractéristiques.

La résolution d’impression

Exprimée en points par pouce (ppp), voire en dots per inch (dpi), elle mesure le nombre de points qu’une imprimante est capable d’aligner sur une longueur d’un pouce, tant horizontalement que verticalement. Plus ces valeurs sont hautes, plus l’imprimante réalise des documents précis.

La résolution de numérisation

Cette caractéristique ne concerne que les modèles multifonctions, c’est-à-dire équipés d’un scanner. Exprimée aussi en ppp ou dpi, elle représente la capacité du scanner à distinguer un nombre de points sur une surface d’un pouce-carré. Plus ces valeurs sont élevées, plus l’image numérisée est précise et détaillée, mais plus le fichier obtenu s’alourdit.

La vitesse d’impression

Mesurée en pages par minute (ppm), cette caractéristique est essentielle à connaître si des volumes importants sont imprimés chaque mois. Elle dépend de nombreux facteurs : qualité finale désirée, vitesse des têtes d’impression et du moteur d’entraînement, rapidité de la connexion à l’ordinateur…

Les différentes interfaces de connexion

Il y en a trois : l’USB, l’Ethernet et le Wi-Fi.

L’USB

Remplaçant le port parallèle, le port USB 2.0 (sauf pour des matricielles ou des modèles imprimant des étiquettes qui sont en USB 1.1) facilite l’installation et permet de bénéficier de débits plus élevés. Pour des ordinateurs en réseau, il est préférable d’utiliser un serveur d’impression autonome équipé de prises USB 2.0 ou tout simplement la box ADSL si elle propose ce genre de fonctionnalité.

L’Ethernet

Ces imprimantes sont accessibles à l’ensemble des ordinateurs du réseau. Elles sont configurées pour recevoir les paramètres IP automatiquement à l’aide d’un serveur DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol. Protocole affectant des adresses IP dynamiques aux périphériques d’un réseau). Leur configuration ne pose pas de soucis particuliers.

Le Wi-Fi

Plus connue sous l’appellation commerciale de Wi-Fi, la norme IEEE 802.11 permet de bénéficier d’une connexion du type Ethernet sans fil. La majorité des modèles compatibles Wi-Fi disposent d’une connectique à la norme 802.11n. Quelques multifonctions d’entrée de gamme sont néanmoins équipées d’une connexion 802.11b/g. Le débit offert par ces deux déclinaisons est suffisant pour une installation grand public, mais le 802.11n permet de bénéficier d’une portée plus importante.

Les fonctions et équipements disponibles

Le Postscript

Ce langage de description de pages, créé par Adobe et présent sur de nombreuses imprimantes, permet la réalisation de mises en page invariables, quel que soit le périphérique de sortie.

La consommation électrique

La consommation électrique et la gestion de l’alimentation constitue également des critères importants lors du choix.

La mémoire embarquée

Sa capacité standard varie de 8 Mo à 1 Go. Mais elle n’est pas toujours figée, les modèles professionnels tolérant l’ajout d’une barrette mémoire supplémentaire pour doubler cette capacité. Son rôle consiste à stocker temporairement les fichiers reçus par le pilote d’impression, en vue de leur traitement et de leur conversion avant le début de l’impression.

L’offre logicielle et les accessoires

En plus du pilote, les imprimantes sont livrées avec un CD contenant des programmes spécialisés. Il ne faut pas négliger pas ce point si de nombreux documents sont numérisés.

Malgré les apparences, cette dote n’est pas toujours aussi intéressante qu’elle n’y parait.

Premièrement, il s’agit parfois de version limitée (toutes les fonctionnalités de la version payante ne sont pas disponibles…).

Deuxièmement, certains programmes gratuits peuvent être plus complets et pratiques que ceux des constructeurs. Cette offre convient donc pour un usage grand public.

Les professionnels seront plus attentifs aux logiciels proposés, mais aussi à la gamme d’accessoires : bacs d’alimentation du papier, extensions de mémoire, carte port parallèle 36 broches…

Différents critères pour faire bonne impression

Quel que soit le modèle retenu, laser ou jet d’encre, le résultat final ne dépend pas uniquement de cette sélection. D’autres critères sont essentiels, voire prépondérants : type de papier, qualité des cartouches, optimisation des pilotes c’est-à-dire les logiciels de l’imprimante, entretien de l’appareil…

Pour imprimer « à moindre coût » ?

Les prix des cartouches laser ou jet d’encre ne permettent pas de favoriser une solution. Cependant, dès qu’on aborde le coût à la page, les « laser » deviennent un peu plus attractives car leur toner produit de gros volumes. Si vous n’imprimez pas beaucoup de documents, il est préférable d’opter pour un modèle jet d’encre.

Rappelons que – même à partir de faibles volumes d’impression – il est économique et écologiquement responsable d’utiliser une imprimante recto-verso.

Des logiciels spécialisés permettent d’économiser de l’encre et également du papier en imprimant plusieurs pages sur une feuille, en diminuant la taille des pages.

Acrobat Reader intègre cette fonctionnalité en standard :

Cette technique est utilisable dans de nombreux cas où les impressions ne constituent pas des documents à transmettre à un client mais restent des brouillons internes.

Discussion

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :