Articles IT et Télécoms

Qui seront les utilisateurs de Windows 8 ?

Système « hybride », mi-tablette, mi-PC, Windows 8 fait l’objet d’une controverse comme on en a rarement vue s’agissant d’une nouvelle version de Windows. Ses détracteurs reprochent à Windows 8 de ne rien faire correctement et tout aussi nombreux sont qui louent au contraire Microsoft pour son innovation et sa prise de risque. Windows 8 se destine t’il avant tout aux consommateurs ou est-il également conçu pour l’entreprise? Analyse du futur de Windows.

Fin février, Microsoft mettait à disposition du grand public la « Consumer Preview » de Windows 8, autrement dit une version beta permettant de se faire une idée de ce que sera le successeur de Windows 7.

C’est peu dire que de souligner l’ampleur des controverses que cette beta aura déclenchées. Les nombreux commentaires des beta testeurs (journalistes spécialisés, blogueurs, particuliers … ) couvrent un spectre assez large qui vont des appréciations très élogieuses à la promesse d’une débâcle comparable à la sortie de Vista.

Une transformation radicale

Pourquoi ces divergences ? La raison en est que Windows 8 ne se contente pas d’être une « nouvelle » version de Windows comme Windows 7 l’a été par rapport à Vista ou ce dernier vis-à-vis de Windows XP.

Windows 8, selon les propos de l’éditeur, représente la transformation la plus radicale dans l’histoire de ce système depuis sa sortie il y a près de 30 ans.

A l’examen des caractéristiques de Windows 8, force est de constater qu’il ne s’agit pas d’une exagération marketing, ni d’une pseudo révolution comme celles que certains constructeurs essaient de nous vendre pour justifier de mises à jour régulières.

Windows 8 représente indubitablement pour Microsoft une tentative radicale, certains diront désespérée, de revenir dans la course dans un monde « Post PC » marqué par le déclin graduel du PC au profit des smartphones et autres tablettes.

Pensé pour les tablettes mais pas seulement

Windows 8, avec sa nouvelle interface Metro, est nativement pensé pour les tablettes mais n’oublie pas pour autant ses racines.

L’écran d’accueil de Windows 8 lance par défaut l’environnement Metro

Si la nouvelle interface tactile Metro est dominante dans l’expérience d’utilisation de Windows 8, Microsoft ne pouvait faire l’impasse sur la base installée de PC qui représente près d’un milliard de machines. L’éditeur a donc fait en sorte que Windows 8 puisse s’exécuter sur la plupart des PC en service, tout comme Windows 7 tournait sans problèmes sur les machines Vista, voire Windows XP.

En d’autres termes, votre PC, portable ou netbook tournant sous Windows 7, Vista, voire Windows XP sera également en mesure de supporter Windows 8 en mode « desktop ».

Le mode « bureau » de Windows 8

Dans ce mode, l’utilisateur retrouvera son bureau Windows et sera en mesure de faire tourner ses applications habituelles, Office par exemple, mais également toutes les applications Windows du marché.

Un système hybride par essence

Windows 8, en environnement Intel x86 et x64, est donc un système hybride pouvant fonctionner comme n’importe quel PC tout en étant capable de se transformer à volonté en tablette (et réciproquement), si tant est que la configuration matérielle du PC l’y autorise, c’est-à-dire qu’il dispose d’un écran tactile.

Un portable Lenovo doté d’un écran tactile et capable d’exécuter Metro

A noter que les futures machines Windows 8 sous processeurs ARM n’auront pas cette latitude. Elles ne disposeront pas du bureau et ne supporterons que les applications Metro. Ce seront donc exclusivement des tablettes.

Un prototype de tablette Windows 8 sous processeur ARM

Il est important de comprendre que, même sans écran tactile, un PC « classique » pourra tirer parti de l’interface Metro et des applications développées pour cet environnement, un jeu de commandes conçues pour une interface clavier/souris donnant accès à l’ensemble des fonctionnalités.

En l’absence de commandes tactile on ne pourra pas alors véritablement parler d’une tablette, sauf à remplacer l’écran utilisé par un nouveau modèle tactile, évolution plutôt réservée aux PC de bureau, les écrans des portables étant difficiles à remplacer.

Compromission ou dépassement ?

La nature « duelle » de Windows est l’objet des controverses évoquées en préambule.

Un PC Intel pourra comme on l’a vu afficher deux personnalités bien distinctes en fonction du contexte d’utilisation.

Cette même machine pourra ainsi être utilisée comme un PC traditionnel et se transformer instantanément en une tablette dont l’ergonomie n’a rien à envoyer à celle d’un iPad ou d’une tablette sous Android.

Microsoft considère ainsi que Windows 8 est un système sans compromis offrant le meilleur des deux mondes (PC et tablettes). Ses détracteurs soutiennent au contraire que l’intégration de deux environnements hétérogènes se traduit justement dans une solution de compromis qui ne satisfera ni les utilisateurs de PC, ni ceux de tablettes.

Un prototype Samsung mi tablette, mi PC

Le scénario idéal, représenté par une machine aux personnalités interchangeables, restera pourtant une promesse inaccessible pour le plus grand nombre faute de disposer de la configuration matérielle adéquate. Sauf à faire l’acquisition d’un écran tactile, les bénéfices que retireront les utilisateurs de Windows 8 sont sans doute trop limités pour justifier d’une migration.

Il en ira autrement pour les possesseurs des nouvelles générations de PC sur lesquelles planchent activement la plupart des constructeurs. Ces nouveaux PC Intel, nativement dotés d’écrans tactiles, seront capables de se transformer indifféremment en tablette ou en PC en fonction du contexte d’utilisation. Les futures machines Windows 8 sur processeurs ARM seront quant à elles des tablettes conçues pour tirer nativement parti de Metro et de ses applications.

Deux classes de machines pour deux catégories d’utilisateurs

On se retrouvera donc avec deux types de machines aux caractéristiques très différentes.

On aura d’une part les futurs PCs tactiles x86/x64 qui équiperont les entreprises, les professionnels ainsi que les particuliers à la recherche d’une machine capable non seulement de consommer mais surtout de produire du contenu. On aura d’autre part des tablettes, vraisemblablement en majorité sous processeur ARM, destinées avant tout à la consommation de contenu numérique.

Les utilisateurs qui se contentent de surfer, de consulter leurs emails ou de se connecter à Facebook se satisferont de tablettes Windows 8, à moins qu’ils ne choisissent bien entendu un iPad ou une tablette Android. Les professionnels ou plus généralement tous ceux qui ont besoin de produire du contenu travailleront essentiellement en mode desktop et occasionnellement sous Metro.

La nature hybride de Windows 8 représente un avantage certain pour les entreprises qui pourront gérer ces machines de la même façon qu’elles le font aujourd’hui avec leurs PC Windows. Plutôt que d’avoir à gérer des PC et des tablettes, elles n’auront à priori qu’une seule classe d’appareils à contrôler, ce qui est à la fois plus simple et évidemment moins onéreux.

Reste à savoir si le pari de Microsoft est susceptible d’être gagné.

Avec Windows 8 Microsoft aurait pu se contenter de sortir une version évolutive, moins ambitieuse de Windows, en se donnant du temps mais en courant le risque de voir le PC de plus en plus remplacé par les tablettes. Ils ont au contraire choisi de prendre un véritable risque et de se différencier d’Apple qui avec Mac OSX et iOS s’appuie sur deux systèmes distincts pour gérer ses PCs et ses tablettes/smartphones.

Du succès ou de l’échec de Windows 8 dépend l’avenir de Microsoft mais quoi qu’il en soit ce système signe la fin PC traditionnel et annonce la plus grande mutation que l’industrie informatique ait connue depuis longtemps.

Advertisements

Discussion

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :