Articles IT et Télécoms

Tablettes ou liseuses : quel appareil pour quels usages ?

L’engouement du grand public pour les tablettes mais aussi pour les e-readers ou liseuses est le signe que ces appareils répondent à des usages jusque-là non satisfaits par les PC ou les Smartphones. Analyse des caractéristiques et des applications de ces nouveaux outils numériques.

Si de plus en plus de personnes s’équipent de Smartphones, ces outils bien que très utiles en déplacement révèlent des limitations importantes en cas d’usage intensif. Il est ainsi difficile de surfer très longtemps et la consultation de documents longs se révèle vite fastidieuse. Il en va de même concernant le visionnage de vidéos au-delà de quelques minutes, sans parler de lecteurs de flux RSS ou de présentations PowerPoint. Si le PC se prête à ces usages, son encombrement, son poids et son inertie sont autant d’obstacles à un emploi ponctuel réservant cet outil à des tâches professionnelles.

Les tablettes et liseuses tiennent une place à part entre ces deux classes d’appareils en se prêtant plus volontiers à une utilisation occasionnelle dans laquelle le loisir et la consommation de contenu jouent un rôle prépondérant.

Au-delà des apparentes similitudes, tablettes et liseuses présentent des caractéristiques assez différentes et se destinent à des usages spécifiques que nous vous proposons de découvrir dans la suite de cet article.

Les tablettes

Treize ans après le développement de sa première tablette qu’on appelait à l’époque un assistant personnel (le Newton MessagePad), Apple a finalement réussi avec l’iPad à imposer une nouvelle classe d’appareil sur le marché. En moins de deux ans, cette ardoise magique s’est imposée et conserve une confortable longueur d’avance face aux tablettes basées sur Android de Google et en attendant les futures tablettes Windows 8 attendues dans quelques mois.

Principales caractéristiques

Elles offrent un écran couleur et tactile. L’écran mesure entre 7 et 10 pouces et le poids varie entre 550 et 750 grammes. Comme les Smartphones, ils sont équipés d’un capteur photo-vidéo, d’une puce Wi-Fi (certains permettent aussi de capter la 3G) et d’un système d’exploitation. Leur autonomie se situe entre 5 et 9 heures. La gamme de prix s’étend de 80€ (pour le Storex eZee’Tab7) à 930 € pour le Asus Eee Slate EP121.

L’offre

Le marché est dominé par Apple avec son iPad 2. La marque détient environ 80 % du marché en 2011, selon iSuppli. Mais les concurrents, majoritairement sous Android, sont de plus en plus nombreux et offrent une alternative sérieuse (surtout d’un point de vue technique) : Samsung (Galaxy Tab 8.9), Acer (Iconia Tab A), Asus (Eee Pad Transformer), le français Archos (G9) et Sony (Tablet S), etc.

Atouts

Présentant un design attractif, elles permettent de bénéficier d’un grand écran rétro-éclairé et d’utiliser de nombreuses applications et services : bureautique, vidéo HD, jeux, lecture de livres électroniques (ainsi que quelques magazines spécialement pensés pour ce type de support)… La plupart disposent d’une importante capacité de stockage (entre 16 et 32 Go) qui peut être augmentée par une carte mémoire de type microSD.

Limites

Le principal reproche que l’on peut leur faire consiste dans leur poids. On ne s’en aperçoit pas lorsqu’on les découvre brièvement dans un magasin, mais après avoir passé une heure à lire ses emails et ses flux RSS on n’a plus aucun doute ! Les dimensions importantes sont aussi un inconvénient car on ne peut pas l’utiliser n’importe où sans risquer de l’abîmer ou d’attirer l’attention de personnes malintentionnées. Son écran rétroéclairé est très pratique en intérieur mais il rend très difficile la lecture d’un site en plein jour. Enfin, l’audio est souvent de mauvaise qualité.

Les liseuses

Apparues sur le marché français il y déjà a plus de dix ans, ce support commence à séduire les amateurs de livres grâce à l’arrivée d’Amazon et de sa librairie en ligne, sans oublier le Kobo de la Fnac.

Principales caractéristiques

La capacité standard disponible est de 1,4 Go (sur un total de 2 Go), soit entre 1000 et 1400 livres. Certains modèles n’offrent que 950 Mo comme le PocketBook Pr 903. La majorité des liseuses permet d’augmenter le stockage en insérant une carte mémoire microSD. La taille de l’écran est d’environ 15 cm et elles pèsent autour de 170 grammes, à part le PocketBook Pr 903 qui frôle les… 600 grammes. Ces liseuses utilisent l’encre électronique, le Kindle d’Amazon, le Kobo de la Fnac et le Sony Reader disposant d’un écran « pearl » avec un fond plus blanc, plus lumineux.

L’offre

Quatre produits se partagent actuellement le marché français : le Kindle lancé en octobre 2011 par Amazon, le Cybook Odyssey de Bookeen distribué par Virgin Megastore, le Kobo de la Fnac et le Sony Reader PRS-T1. Les prix varient entre 99 € pour le Kindle et le Kobo (à condition d’être adhérent à la Fnac) et 350 € pour le PocketBook Pr 903

Le catalogue

Le Kobo de la Fnac donne accès à 2 millions d’ouvrages dont 200 000 en français. Virgin Megastore affiche un catalogue de 150 000 titres. Amazon dispose de 955 000 œuvres, dont 44 000 titres en français. Le Reader propose 30 000 références en français. A l’exception du Kindle, toutes les liseuses peuvent lire le format ePub (le plus répandu) et autorisent théoriquement le téléchargement sur n’importe quelle plate-forme (attention aux DRM)

Atouts

Les e-readers sont légers, petits (entre 15 et 25 cm de haut), solides et économiques. La technologie d’encre électronique de leur écran (15 cm environ) s’avère très agréable et facilite la lecture.

Limites

Elles s’expliquent principalement par leur usage assez limité (lire des ebooks, consulter des dictionnaires ou écouter des fichiers audio). Elles manquent de fonctionnalités et de connexions (un ou deux modèles ont la 3G et tous n’ont pas l’USB 2. mais le 1.1). Malgré leur connectivité Wi-Fi, elles ne permettent pas de surfer sur internet, de télécharger des applications ludiques ou professionnelles. Leur écran offre une lecture agréable mais il ne faut pas être dans l’obscurité car il n’est pas rétro-éclairé. Autre reproche : l’absence parfois d’écran tactile et en couleur (des prototypes commençant néanmoins à apparaître) qui empêche de lire notamment des bandes dessinées.

Conclusion

Ces deux appareils devraient finalement cohabiter car leurs usages sont différents. La liseuse restera l’appareil idéal pour emmener avec soi ses livres préférés tandis que la tablette est un outil polyvalent et ludique. Une récente étude américaine révèle que 41% des utilisateurs de tablettes interrogés déclarent en faire un usage professionnel alors qu’ils l’ont achetée à titre personnel. Le catalogue de jeux vidéo sur tablette ne cesse de s’enrichir et des plates-formes permettent désormais de jouer en ligne. De quoi concurrencer les consoles portables.

Publicités

Discussion

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :