Articles IT et Télécoms

Ultrabooks, PC monoblocs et interface tactile: les dernières mutations du « PC »

En dépit des prédictions plus ou moins intéressées de certains constructeurs et analystes, le bon vieux PC n’est pas encore disposé à tirer sa révérence. Face à la concurrence des tablettes, des liseuses et autres outils numériques, l’ordinateur personnel continue à évoluer en s’appuyant sur les tendances du moment : disques SSD et interface tactile notamment.

La disparition de l’ordinateur de bureau fait l’objet de prédictions régulières depuis de nombreuses années. Véritable marronnier de la presse spécialisée, le thème de l’ère « Post-PC » est régulièrement repris, succédant en cela au finalement abandonné « année Linux ».

Le succès de l’iPad et des Smartphones, l’intérêt grandissant pour le Cloud Computing sont présentés comme les principaux facteurs devant inéluctablement conduire au déclin de l’ordinateur personnel.

Force est de constater que pour l’instant, ce déclin ne semble pas encore à l’ordre du jour, même si les ventes de PC se sont légèrement tassées en 2011 après trois décennies de croissance.

En dépit de l’explosion des ventes de nouvelles catégories d’appareils, les ventes de PC continuent à progresser tout simplement parce qu’ils remplissent des missions qu’aucun autre type d’appareil n’est en mesure d’assurer complètement.

Limités dans leurs usages et conçus avant tout pour consommer du contenu numérique, les tablettes par exemple ne sont pas en mesure de rivaliser avec les atouts des PC dans de nombreux domaines : capacité de stockage et de communication, variété des systèmes d’exploitation (même virtuels), outils d’administration centralisés, applications métiers et outils de productivité personnelle …

Les Ultrabooks succèdent aux netbooks

L’industrie du PC n’en est pas moins consciente du danger représenté par ces nouveaux outils et réagit en faisant évoluer l’architecture du micro-ordinateur et notamment du PC portable.

La dernière incarnation de ce dernier a pour nom Ultrabook.

Lancée par Intel, cette nouvelle génération de PC portables cherche à se rapprocher des caractéristiques des tablettes en s’inspirant du Macbook Air d’Apple présent sur le secteur des ultraportables depuis 2008.

Le fondeur met en avant différentes technologies pour relever ce défi.

L’Ultrabook UX21 d’Acer

En premier lieu, un démarrage très rapide. La technologie Intel Rapid Start permet à l’Ultrabook de redémarrer plus rapidement, même s’il est en mode de veille prolongée. Cette solution permet de gagner du temps et prolonge l’autonomie des appareils.

Deuxièmement, l’Intel Smart Response permet d’accéder rapidement aux applications et fichiers les plus fréquemment utilisés. Reposant sur un disque SSD (Solid State Storage ou stockage de données en mémoire flash), le principe consiste à utiliser cette technologie de stockage pour accélérer très sensiblement la lecture des informations en comparaison des temps d’accès d’un disque dur traditionnel.

Troisième point, l’Intel Smart Connect assure la mise à jour permanente de vos emails, applications préférées et réseaux sociaux même quand l’ordinateur est en veille.

Les premiers modèles d’ultrabooks ont été lancés à l’automne dernier. Ils présentent un design soigné, un poids léger et des performances techniques égales ou supérieures au modèle d’Apple. Certains constructeurs d’ultrabooks affichent également des tarifs attractifs c’est-à-dire sous la barre des 1000 €.

De nombreux nouveaux modèles sont attendus dans le courant de l’année 2012.

Intel espère faire de l’Ultrabook le succès de cette nouvelle année en donnant ainsi un successeur au netbook quoique s’adressant à un public beaucoup plus fortuné.

Des monoblocs avec l’interface Metro de Windows 8

La seconde tendance concernant cette fois les PC fixes s’observe dans la multiplication des ordinateurs monoblocs avec écran tactile.

Il ne s’agit certes pas d’une réelle nouveauté puisque certaines marques en ont commercialisés dès 2009 (par exemple MSI et son Multi-Touch AE2220), s’inspirant là encore des iMac, ordinateurs monoblocs popularisés par Apple.

HP, qui a été l’une des premières sociétés à venir attaquer Apple sur ce terrain, propose différents modèles beaucoup plus accessibles, entre 400 et 1000 €, que ceux de la firme à la pomme.

Plus récemment, la marque tente de séduire les entreprises confortée en cela par les conclusions d’une étude du cabinet IDC indiquant que 15,7% des PC (hors machines Apple) achetés sur les 12 mois à venir par des PME pourraient être des monoblocs.

Ces machines se caractérisent par un faible encombrement et sont parfaites pour supporter des applications spécifiques confiées à un personnel sédentaire.

Dans cette optique, HP a sorti l’Elite 7320 (955 €), un ordinateur tout-en-un à écran tactile de la famille TouchSmart.

Excepté ce modèle destiné à un usage professionnel, la plupart des autres monoblocs disposent d’un écran tactile, pas vraiment indispensable aujourd’hui, les applications réellement pensées pour cet usage restant encore limitées.

L’arrivée de Windows 8 et de son interface Metro devrait changer la donne et étendre le champ d’usage de ces machines dont la diffusion pourrait alors augmenter très sensiblement.

Le mariage du PC, de la tablette et du Cloud

L’impact de Windows 8 devrait se faire sentir de façon inattendue en permettant le rapprochement de deux catégories distinctes d’équipement que sont le portable et la tablette.

Un exemple de ce type de matériel hybride est représenté par le « Yoga Flip » récemment annoncé par Lenovo combinant les attributs d’un Ultrabook (PC ultrafin, disque SSD) et ceux d’une tablette (interface tactile, interface Windows 8).


Le même outil peut servir à la fois de tablette tactile pour consommer du contenu numérique tout en supportant les applications de productivité que l’on attend traditionnellement d’un portable.

Ces évolutions ne représentent au bout du compte qu’une nouvelle étape dans une longue série d’évolutions qui ont marqué l’histoire du PC depuis ses débuts en 1981.

Le besoin de disposer d’une information parfaitement synchronisée et disponible n’importe où (d’un point de vue géographique et matériel) va encourager le développement du Cloud Computing et d’ordinateurs adaptés à ce concept.

Si les premiers Chromebooks n’ont pas convaincu, l’arrivée de Windows 8 pourrait être le catalyseur permettant le mariage inédit du PC, de la tablette et du Cloud.

Publicités

Discussion

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :