Articles IT et Télécoms

Windows 8 ou la mutation tactile, multiplateforme et Internet de Windows

Windows 8, qui devrait être finalisé dans un an, représente une réinvention radicale de Windows. Multiplateforme, Windows 8 sera aussi à l’aise sur les PC que sur les tablettes et supportera pour la première fois les processeurs ARM en sus de ceux d’Intel.

Système conçu pour l’Internet, les nouvelles applications reposeront sur HTML 5 et chaque utilisateur synchronisera automatiquement ses données et préférences sur ses machines Windows 8. Premier aperçu de cette future version en cours de développement.

C’est à Los Angeles le mois dernier que Microsoft dévoilait le futur de Windows devant cinq mille développeurs. Cette version présentée sous le nom de code Windows 8 est amenée à succéder dans environ un an à Windows 7.

Lors de cet évènement, Windows 8 était présenté comme l’évolution la plus importante depuis Windows 95. Ce dernier avait pour mémoire introduit les fondements de l’interface utilisateur qui a perduré jusqu’à Windows 7 tout en réalisant le passage du 16 au 32 bits.

Windows 8 – Janus ou le système d’exploitation aux deux visages

Pour mesurer l’importance des changements apportés à Windows 8, il suffit de mentionner que ce système d’exploitation ne mérite plus son nom puisque les nouvelles applications ne s’exécuteront plus dans des fenêtres !

Windows 8 repose en effet par défaut sur une nouvelle interface appelée Metro qui est dérivée de celle utilisée dans Windows Phone 7.

Windows Phone 7 et Windows 8 « Metro » côte à côte

L’ancienne interface de Windows, appelée « bureau », est toujours présente sur les machines Intel. Elle peut être invoquée à tout moment pour travailler avec des applications Windows « traditionnelles » telles qu’Office ou encore Photoshop.

Si le Windows et ses applications que nous connaissons depuis 20 ans est intégralement supporté dans Windows 8, pour Microsoft l’avenir réside dans l’interface Metro et les nouvelles applications tactiles.

Metro est conçu avant tout pour un usage tactile. Il affiche chaque application dans une « tuile » sur laquelle il suffit de poser son doigt pour ouvrir le programme correspondant en plein écran.

Internet Explorer 10 s’exécutant dans l’interface Metro

Nouvelles applications tactiles et HTML.

Comme on le voit dans la copie d’écran ci-dessus, ces applications évoquent beaucoup plus celles que l’on peut trouver sur un iPad ou une tablette Android. Elles ne nécessitent pas de fenêtre pour se lancer, elles s’affichent en plein écran et sont conçues pour un usage au doigt (et à l’œil) bien qu’il soit toujours possible d’utiliser le clavier et la souris lorsqu’on ne dispose pas d’écran tactile.

Ce qu’on ne voit pas et qui est fondamental, c’est que ces applications seront développées pour la plupart en HTML 5 et Javascript, c’est-à-dire les langages du Web, ce qui ouvre en grand les portes de Windows 8 à tous les développeurs HTML dont les ambitions restaient jusqu’ici cantonnées aux seules applications pour navigateurs.

Le support natif des standards du Web dans Windows 8 va permettre à Microsoft de disposer très rapidement d’un catalogue d’applications très étoffé, condition sine qua non au succès de toute nouvelle plateforme. Outre la facilité de développement que ce support apporte, le moteur de rendu HTML bénéficiant de l’accélération matérielle introduite avec Internet Explorer 9, la vitesse d’exécution du système et de ses applications promet d’être très performante. Enfin, ce qui ne gâche rien, le démarrage du système sera optimisé, Microsoft promettant moins de dix secondes pour un démarrage à froid.

Un magasin d’applications Windows

S’inspirant de l’App Store d’Apple, Microsoft se dotera également de son propre « magasin » où trouver et télécharger les nouvelles applications Metro tout comme les applications traditionnelles.

Support d’ARM en sus des processeurs Intel

Microsoft avait déjà annoncé que les futures versions de Windows supporteraient désormais les processeurs ARM. Ces processeurs équipant la quasi-totalité des smartphones et tablettes du marché ont pour caractéristique une consommation électrique réduite ce qui leur permet une durée d’utilisation beaucoup plus longue, à batterie équivalente, que les matériels dotés d’une puce Intel.

Lors de sa conférence développeur, Microsoft présentait de nombreux prototypes de tablettes basées sur des processeurs ARM. Ces tablettes exécuteront les mêmes applications Metro que les PC à base de processeurs Intel. Elles ne seront pas en mesure par contre d’afficher le « bureau Windows » et donc de supporter les applications Windows traditionnelles. Ces futures machines ARM sont donc destinées à supporter exclusivement les applications tactiles « Metro ».

Un système unique pour toutes les classes de machines

On l’a compris, le même Windows 8 sera au cœur des prochains PC, tout comme des futures tablettes Intel ou ARM basées sur ce système. On peut penser qu’il en ira de même dans une ou deux itérations de Windows Phone, ce qui permettra à l’éditeur de n’avoir qu’une seule version à développer et maintenir et ce qui facilitera surtout le travail des développeurs.

Intégration cloud native

Windows 8 attribuera automatiquement à ses utilisateurs un compte Live et un espace SkyDrive. Ce dernier permettra de synchroniser automatiquement les documents (photos, musique, documents de travail …), applications et paramètres de l’utilisateur entre ses machines Windows 8. En d’autres termes, il suffira à l’utilisateur de se connecter avec son compte Live sur toute machine Windows 8 pour accéder à son environnement de travail, ses applications et ses documents.

Les évolutions du « bureau » Windows

Même si l’essentiel des nouveautés sont concentrées autour de Metro, le « bureau » traditionnel de Windows évolue en adoptant le ruban d’Office pour certaines de ses composantes à l’instar de l’explorateur :

La sécurité n’est pas en reste avec l’intégration de la technologie smartscreen permettant de refuser l’exécution de programmes sur « liste noire ». Notons également la présence par défaut d’un antivirus qu’il est nécessaire aujourd’hui de télécharger séparément pour en bénéficier.

Microsoft annonçait également des avancées notables dans la maintenance en présentant un outil de « rafraîchissement », c’est-à-dire la possibilité en cas de problème de réinstaller Windows sans avoir à réinstaller les applications et les données du PC.

La liste des nouveautés est trop grande pour permettre une revue exhaustive. Citons néanmoins l’inclusion de l’hyperviseur Hyper-V en standard dans Windows 8 et non plus seulement dans Windows Server. Enfin pour clore cette présentation rapide, Microsoft expliquait que Windows 8 se contenterait du même type de machines que celles suffisantes pour exécuter Windows 7 (à l’exception de l’écran tactile), le nouveau système se contentant de ressources matérielles plus faibles que son prédécesseur.

Une stratégie risquée

En dépit de l’accueil enthousiaste dont a bénéficié Windows 8 lors de sa présentation, cette nouvelle version représente une prise de risque importante comme le reconnaissait Steve Ballmer lui-même il y a quelques mois.

Contrairement à Apple, Microsoft met tous ses œufs dans le même panier en développant une version unique de Windows capable de s’adapter à tout type d’appareil. Reste à faire la preuve que cette approche est la bonne.

Un autre élément d’incertitude réside dans la double personnalité de Windows qui risque de désorienter beaucoup d’utilisateurs. Passer d’une interface Metro au bureau traditionnel ne va sans doute pas aller de soi. Il est probable que beaucoup d’entreprises qui viennent juste de migrer vers Windows 7 ne se presseront pas pour mettre à jour leurs PC sous Windows 8, en dehors des utilisateurs ayant besoin de tablettes.

Le fait que les machines ARM ne supportent pas « le bureau » et donc les applications Windows traditionnelles devrait également constituer un frein à leur adoption et amener beaucoup de développeurs à réfléchir avant de s’investir dans Windows 8.

Reste que Microsoft n’avait pas beaucoup le choix et qu’il lui fallait impérativement répondre au défi lancé par Apple, et dans une moindre mesure Google, sur le terrain des tablettes et des smartphones.

Windows 8 représente sans aucun doute un nouveau départ pour Windows, ce système est imaginatif, ambitieux, ouvert au monde Internet et aux nouvelles plateformes matérielles.

Nous devrions savoir dans un an si Microsoft est en mesure de gagner son pari.

Dans quelques semaines, une version beta devrait être disponible, suivi par une RC (Release Candidate) et enfin une version finale autour du second semestre de l’année prochaine.

Advertisements

Discussion

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :