Articles IT et Télécoms

La transformation des réseaux sociaux en plates-formes de recrutement

Facebook, Viadeo, LinkedIn… Apparus il y a moins de dix ans, les réseaux sociaux sont devenus des outils incontournables pour les entreprises comme pour les salariés. Présentation de Viadeo et LinkedIn, les deux principaux réseaux s’adressant spécifiquement aux professionnels.

En mai dernier, au premier jour de sa cotation à la Bourse de New York, LinkedIn était valorisé à six milliards de dollars, un niveau sans précédent pour un réseau social. L’entreprise américaine affiche des résultats flatteurs. Au deuxième trimestre, son chiffre d’affaires a atteint 84 millions d’euros, soit une hausse de 120 % par rapport à la même période en 2010.

LinkedIn table sur un chiffre d’affaires de 475 millions de dollars en 2011. Ces performances confirment que les réseaux sociaux font désormais partie intégrante du paysage internet mondial.

Un emploi sur les réseaux sociaux

Pour un nombre de plus en plus important d’entreprises, ces réseaux sont devenus incontournables pour communiquer sur un produit comme sur une gamme, pour surveiller la concurrence (et parfois le comportement de ses salariés…) et enfin pour repérer des cadres ou des profils intéressants. Une étude américaine indique que 90% des sociétés envisagent de recruter via les réseaux sociaux.

Ces médias sont également devenus un passage obligé pour les candidats à la recherche d’un d’emploi, salariés ou non. Publié cet été aux USA, un sondage de Kelly Services auprès de 18 000 chercheurs d’emploi indique que les médias sociaux occupent désormais une place déterminante dans le recrutement : «Ils représentent la future étape du recrutement en ligne et le changement sera d’autant plus rapide qu’ils créent des communications instantanées entre employeurs et personnes en recherche d’emploi », précise Kelly Services. Selon cette enquête, une personne sur cinq commence sa recherche d’emploi par les réseaux sociaux.

Si l’on met à part le réseau Facebook qui domine de la tête et des épaules tous les autres réseaux mais concerne essentiellement les particuliers, les réseaux sociaux « professionnels » comptent essentiellement deux acteurs de poids que sont Viadeo d’origine française et l’américain LinkedIn.

Viadeo

Créé en 2004, ce réseau emploie 300 personnes dont 160 à Paris et compte environ 35 millions d’inscrits dans le monde, essentiellement en Europe et dans les pays émergents (Chine, Inde, Afrique du Sud). Près de 4 millions de personnes seraient inscrites à la version française.

Dès le départ, Viadeo a mis en avant les descriptions de parcours professionnels, les petites annonces de recruteurs ou les contacts utiles à chacun dans son métier.

Il y a un an, le site a mis en ligne une nouvelle version permettant d’accéder plus rapidement aux fonctionnalités majeures depuis une page personnelle. La présentation apparaît plus conviviale. A la différence de son concurrent américain, le site français est plus « ouvert » puisque tous les membres sont accessibles directement si l’on a souscrit à l’abonnement Premium.

Autre particularité, les profils sont un peu différents par rapport à ceux de LinkedIn puisqu’ils viennent des secteurs IT et vente dans environ 20% des cas. La majorité travaille pour une entreprise ayant moins de 100 salariés.

Les tarifs sont les suivants : 29 € pour trois mois avec toutes les fonctionnalités, 80 € pour un an et 110 € pour 24 mois.

LinkedIn

Fondé en 2002 et lancé officiellement en mai 2003, ce site est le poids lourd du secteur. Depuis le 4 août dernier, LinkedIn possède le plus grand réseau professionnel mondial sur Internet avec plus de 120 millions de membres (dont la moitié aux Etats-Unis) dans plus de 200 pays et territoires. Il revendique 100 millions d’utilisateurs et environ 2 millions de groupes. Toutes les entreprises du classement Fortune 500 seraient représentées.

Pour renforcer son attrait, le site a lancé en mars dernier la version bêta de « LinkedIn Today ». Ce nouveau service diffuse les gros titres de l’actualité ainsi que les articles les plus partagés par les utilisateurs du réseau. Cet outil se positionne comme le moyen de découvrir les dernières actualités d’un secteur d’activité à travers les articles les plus partagés par les professionnels concernés.

Les profils sont un peu différents puisque la high-tech et la finance représentent environ 20% des inscrits qui appartiennent en majorité à des entreprises ayant plus de 1000 salariés. LinkedIn  semble vouloir s’attaquer au marché hexagonal (où il compte quelque 2 millions de membres) puisqu’il a ouvert un bureau à Paris en mars dernier.

A la différence de Viadeo, il est impossible d’envoyer directement des messages (appelés « InMails » par LinkedIn) à des membres inscrits, à l’exception des contacts directs (limite de 3 à 25 échanges/mois selon la formule d’abonnement).

Les formules d’abonnements sont plus nombreuses et plus chères que sur Viadeo.
Les tarifs sont les suivants : Le Business (3 InMails/par mois pour contacter des membres), revient à 19 dollars environ par mois (le site français ne présente pas les tarifs en euro et il faut s’inscrire gratuitement pour les découvrir…). La Business Plus coute 40 dollars /mois (10 InMails/mois). Quant à l’Executive, elle permet d’envoyer 25 InMails/mois pour 75 dollars/mois.

D’autres réseaux

A côté de ces deux poids lourds, il existe d’autres réseaux ciblant des « niches ». Il y a notamment ceux destinés aux auto entrepreneurs. Citons également Busibook, un réseau social pour les managers. C’est la première plate-forme communautaire économique, locale et gratuite qui permet de développer et d’entretenir un réseau dans les Bouches-du-Rhône.

Récemment Google est venu s’essayer sur le terrain des réseaux sociaux en lançant le service Google + qui pourrait également s’adresser à l’entreprise et Facebook à de son côté lancé une déclinaison professionnelle de sa plate-forme.

Advertisements

Discussion

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :