Articles IT et Télécoms

Réseau d’entreprise : Wi-Fi ou Ethernet ?

Ces deux types de connexions présentent des avantages et des inconvénients qu’il convient de bien connaître avant de constituer ou de renouveler son réseau.

Bénéficier d’un réseau interne qui soit fiable et en mesure de s’adapter à l’évolution des besoins est une priorité pour les entreprises. Un réseau parfaitement administré permet de relier sans grande contrainte différents équipements, que ce soit des serveurs, des ordinateurs ou des périphériques d’impression ou de sauvegarde.

Les entreprises ont généralement le choix entre une solution filaire (Ethernet) et une alternative s’appuyant sur des ondes radio (Wi-Fi). Quelle que soit la solution retenue, une connexion est toujours possible puisque la plupart des ordinateurs portables disposent d’une prise Ethernet et d’une carte Wi-Fi intégrée, sauf bien sûr pour des modèles trop anciens.

Ethernet : le réseau filaire par excellence

À l’origine, il s’agit d’un standard développé par les laboratoires Xerox au tout début des années 1970. Depuis ses débuts, cette solution a bénéficié d’évolutions continues qui lui ont permis de s’adapter aux besoins croissants en matière de transmission de données en passant de 10 Mbit/s à 100 Mbit/s (Fast Ethernet) puis 100 Mbit/s (Gigabit Ethernet).

Cette infrastructure s’appuie sur un câblage en cuivre ou en fibres optiques. Ce type de réseau est souvent appelé « réseau RJ45 » (du fait de l’utilisation de câbles RJ45). C’est l’installation la plus répandue car la plus simple et la plus économique à mettre en œuvre.


Le câblage réseau Ethernet présente de nombreux avantages.

Premièrement, cette solution est mature puisqu’elle existe et évolue continuellement depuis une trentaine d’années. En second lieu, sa mise en place est techniquement simple et enfin, cette technologie est relativement économique.

Les câbles et leur pose sont les deux éléments les plus onéreux. Les prix des routeurs et des périphériques d’interconnexion sont aujourd’hui abordables. Enfin, une intrusion sur le réseau est plus difficile puisqu’elle nécessite de mettre en place une connexion physique pour être en mesure d’analyser le trafic de données.

Techniquement parlant, on peut préciser que :

  • Toutes les stations sont égales vis-à-vis du réseau : il n’y a pas d’équipement maître de contrôle du réseau ;
  • La méthode d’accès employée est distribuée entre tous les équipements connectés ;
  • Le mode de transmission est de type bidirectionnel alterné : les signaux transitent dans les deux sens, mais pas simultanément. Il est possible de relier ou retirer une machine du réseau sans perturber le fonctionnement de l’ensemble.

Malgré ses points forts, un réseau câblé Ethernet n’est pas non plus la solution parfaite.

Cette technologie présente quelques limites. Premièrement, son installation exige un câblage des locaux, voire du bâtiment. Ce câblage impose aussi de prévoir les points de connexion au réseau. Les prises disponibles seront fixes et en nombre limité. Enfin, l’agrandissement des locaux ou l’arrivée de nouveaux collaborateurs nécessite de prévoir une extension du réseau câblé.

Wi-Fi : le réseau mobile par excellence

Le Wi-Fi (Wireless Fidelity) est une appellation commerciale désignant un ensemble de protocoles de communication sans fil. Ils permettent la diffusion des données informatiques par l’intermédiaire d’émetteurs et de récepteurs radio spécifiques.

Il existe deux types de Wi-Fi. Le Indoor (pour l’équipement destiné à être installé à l’intérieur des locaux) et le Outdoor (pour l’extérieur).

Un réseau Wi-Fi Indoor présente des caractéristiques intéressantes. Premièrement, son installation est très souple puisqu’il peut être « agrandi » (nouveaux salariés ou extension des bureaux) sans qu’il soit nécessaire de se lancer dans de coûteux travaux comme l’impose une infrastructure câblée. Avec le Wi-Fi, il suffit de disposer du mot de passe pour s’y connecter depuis un ordinateur portable tout comme depuis un smartphone ou une tablette.

Un réseau Wi-Fi peut également être « déplacé » (déménagement de l’entreprise). Enfin, la sécurité du Wi-Fi a été améliorée, même si elle nécessite une surveillance et une gestion des connexions plus contraignante que pour l’Ethernet (l’administrateur réseau doit en effet actualiser en permanence les accès et supprimer immédiatement les autorisations de salariés ne faisant plus partie de la société…). Cette contrainte est encore plus exigeante quand l’entreprise propose des accès Wi-Fi aux visiteurs. C’est l’un des inconvénients du Wi-Fi.

Seconde contrainte : des débits moins élevés qu’avec un réseau Ethernet. Cette vitesse moins élevée peut être due à des murs en béton. Mais il faut néanmoins relativiser cette limite puisque les salariés n’utilisent pas systématiquement des applications gourmandes en bande passante (vidéo, graphisme, échange de gros volumes de fichiers).

Le meilleur des deux mondes

En conclusion, ces deux types de connexion présentent des caractéristiques assez distinctes et s’opposent principalement sur la question de la mobilité. La bonne nouvelle étant qu’il est possible de tirer parti des atouts de chacune de ces deux technologies.

Un utilisateur peut ainsi se connecter à la borne Wi Fi la plus proche et ces bornes seront généralement reliées entre elles par un réseau Ethernet utilisé pour connecter les équipements fixes.

Les entreprises qui ont généralement investi dans des infrastructures filaires continueront à exploiter cette technologie pour le raccordement de PC fixes tout en s’équipant de bornes Wi Fi afin de satisfaire la population croissante d’utilisateurs mobiles ainsi que les visiteurs ou prestataires ayant besoin de se connecter.

Advertisements

Discussion

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :