Articles IT et Télécoms

Qu’est-ce que la VoIP ?

La voix sur IP (VoIP ou Voice over Internet Protocol) est née au milieu des années 1990. Ce mode de communication est de plus en plus prisé par les entreprises car il permet de réduire leur facture téléphonique mais sa mise en place nécessite de s’appuyer sur des compétences pointues ou de s’adresser à un prestataire spécialisé.

La VoIP séduit. Sur un marché de la téléphonie fixe d’entreprise évalué à environ 3 milliards d’euros, la VoIP pesait 13% en 2009 et 19% l’année dernière. Cette solution devrait atteindre les 24% cette année et 30% en 2012.

Pour comprendre la progression régulière de ce moyen de communication, il faut commencer par en connaître les rouages essentiels.

La VoIP permet à la voix de transiter sous forme de paquets numérisés sur des réseaux IP.

De façon transparente pour les interlocuteurs, les propos sont « reconstitués » lorsque ces paquets de données arrivent chez le destinataire. Ce dernier ne voit et n’entend pas de différences. Selon différents sondages, 70% des entreprises ayant basculé vers un système de communication IP affirment que la qualité est équivalente à celle du réseau RTC.

De Lync, Skype à Asterisk

Un réseau de téléphonie sur IP se compose principalement de postes (PC ou téléphones) compatibles avec ce protocole, de concentrateurs réseau (appelés hubs) servant à relier les postes au réseau IP, de bornes Wi-Fi ou DECT pour les téléphones mobiles et d’un PABX IP (Private Automatic Branch eXchange) ou IPBX (pour les grandes entreprises) qui prend la forme d’un ou plusieurs serveurs sur des infrastructures importantes.

Il gère la plupart des communications en interne grâce à l’infrastructure réseau de l’entreprise. Il peut également servir de lien avec les lignes téléphoniques externes. Se présentant sous la forme d’un serveur informatique, ce dernier assure les fonctions d’autocommutateur privé.

Il représente donc un rouage essentiel car :

  • Il distribue les appels téléphoniques entrants
  • Il autorise les appels téléphoniques sortants (vers un ou plusieurs opérateurs de télécommunication, suivant les droits)
  • Il gère les terminaux téléphoniques (ainsi que les appels internes) qui peuvent être des postes numériques ou analogiques
  • Il s’occupe de toutes les autres fonctionnalités ou options (CTI, CSTA, taxation…)

Plusieurs solutions existent pour faire de la Voix sur IP.

On trouve plusieurs offres sur le marché, comme la solution Lync de Microsoft qui intègre l’ensemble des outils de communication synchrone (messagerie instantanée et présence, audio, vidéo et web conférence sans oublier la téléphonie d’entreprise) au sein d’une même application cliente appelée Office Communicator. A noter que cette solution sera également disponible dans la suite de services hébergés Office 365 dispensant ainsi d’avoir à l’installer sur site.

On trouve également des solutions combinant logiciels propriétaires avec une infrastructure à base de serveurs en provenance de fournisseurs de services comme Skype ou Yahoo ! Messenger.

D’autres solutions telles que KPhone, peuvent fonctionner dans un réseau d’égal à égal ou s’interconnecter via des protocoles standards à une infrastructure de téléphonie indépendante.

Enfin, certains constructeurs proposent des solutions de PABX comme Aastra, Cisco, Alcatel ou la solution libre Asterisk.

Le client Microsoft Office Communicator permet de communiquer avec différents types de terminaux

Réduction des couts télécom

Pouvant être installé en parallèle à un réseau téléphonique classique, un service de VoIP présente plusieurs intérêts pour les entreprises :

  • le recours à un réseau convergé – voix et données – permet des économies non négligeables. La VoIP utilise en effet un réseau qui ne facture pas l’émission d’information mais uniquement l’infrastructure. Mais les économies ne se situent pas au niveau de la « facture télécom » mais plutôt au niveau des « couts télécom » (gestion, maintenance…) ;
  • une installation simplifiée dans les locaux puisqu’elle s’appuie sur un réseau IP existant. Il n’y a plus que des prises Ethernet à connecter.

Mais il ne faut pas pour autant idéaliser ce moyen de communication. Sa maîtrise exige une parfaite administration. Avant de se lancer dans l’installation d’un tel réseau, une entreprise doit en effet se demander qui va assurer ce poste-clé.

Deux options sont possibles. La première consiste à faire appel à un prestataire. Cette solution présente deux atouts : un service « clé en mains » et une prévision des coûts.

La seconde option consiste à profiter des compétences internes. Cette piste permet une meilleure maîtrise des coûts à condition… d’avoir les moyens de la mettre en place sans soucis.

La maîtrise de la sécurité de la VoIP peut être un moyen de trancher entre ces deux options. La VoIP s’appuie en effet sur différents protocoles qu’il convient de bien connaître afin d’implémenter des architectures sécurisées. Or, un réseau VoIP peut être confronté à quatre menaces principales :

  • Le déni de service : elle est redoutée car elle peut rendre inopérant le système de communication de l’entreprise. Elle consiste à saturer le PABX IP.
  • La fraude téléphonique : après avoir pris le contrôle du PABX, les pirates peuvent passer des appels aux frais de l’entreprise.
  • L’écoute téléphonique : cette manipulation est rendue possible par la mauvaise configuration du PABX. Elle permet l’espionnage, le vol d’information, etc.
  • Les intrusions sur le système informatique : en accédant au PABX, les pirates peuvent s’introduire dans le réseau informatique de l’entreprise.
Advertisements

Discussion

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :