Articles IT et Télécoms

Pourquoi les entreprises devront nécessairement migrer vers IPv6 ?

Le stock d’adresses Internet reposant sur le système d’adressage IPv4 est en voie d’épuisement rapide. D’où la nécessité d’une gigantesque migration planétaire vers IPv6, seule solution possible pour faire face à la multiplication des terminaux et des applications connectés au web.

Le 8 juin 2011 sera une date importante pour l’avenir d’Internet. Ce jour-là, pendant 24 heures, les plus gros acteurs du web (Google, Facebook et Yahoo ! notamment) basculeront leurs serveurs en mode IPv6 (Internet Protocol version 6). Ce sera le « World IPv6 Day », un test grandeur nature permettant d’évaluer les difficultés liées à ce basculement. Selon les experts, moins de 5% des internautes devraient rencontrer des soucis de connexion ce jour-là …

Pourquoi ce test est-il si important ? Parce qu’il permettra de vérifier concrètement si le passage à un nouvel adressage (d’IPv4 à IPv6) n’engendre pas de blocages majeurs.

Le réseau mondial va en effet connaître une évolution indispensable. Le système d’adressage sur lequel repose l’Internet a désormais atteint ses limites et se doit d’être réformé.

Pour comprendre cet enjeu, rappelons que tout ordinateur relié au web doit disposer d’une adresse unique permettant de l’identifier. Cette adresse est composée de 4 nombres décimaux séparés par des points, c’est ce que l’on nomme l’IPv4. Créé à la fin des années 70, ce système arrive à saturation car il ne permet de gérer que 4,3 milliards d’adresses IP distinctes à l’échelon du réseau mondial.

Des milliards d’adresses

L’épuisement complet des adresses IPv4 pourrait intervenir entre fin 2011 et courant 2012.

Principale cause : la montée en puissance de l’internet mobile.

Selon le cabinet d’analyse Gartner, environ 1,6 milliard de téléphones mobiles, dont 19% de smartphones, ont été vendus dans le monde en 2010 et chacun possède une adresse IP !

Pour absorber cette frénésie de connexions, il est nécessaire de migrer la toile vers l’adressage IPv6.

IPv6 est un protocole 128 bits capable de générer 2 à la puissance 128 adresses uniques, soit un nombre d’adresses suffisant pour répondre à la demande dans les décennies à venir, même si chaque habitant de la planète avait soudainement besoin de plusieurs milliers d’adresses pour ses besoins courants.

Chaque foyer pourra ainsi disposer de suffisamment d’adresses pour connecter tous les appareils imaginables. Des applications professionnelles profiteront aussi de ces adresses en nombre quasiment illimitées. C’est le cas par exemple de toutes les applications reposant sur des réseaux de capteurs : gestion du trafic routier, logistique des marchandises, mesures de la pollution, diffusion d’alertes, surveillance météo…

Pour l’instant, cette migration inéluctable concerne au premier chef les opérateurs télécoms et les fournisseurs d’accès à l’Internet (FAI). Mais les entreprises doivent aussi s’y préparer car elles y trouveront un intérêt. Les réseaux des sociétés pourront ainsi mieux gérer le multi-site, le développement de la téléphonie sur IP, la banalisation des smartphones et autres tablettes connectés au web…


Certains FAI (comme Free et Nerim) ont déjà migré vers IPv6. C’est le cas également de You Tube qui a achevé sa migration en février 2010. Mais la plupart des entreprises n’ont pas encore défini de politique de migration.

Les difficultés de la migration

La transition d’IPv4 vers IPv6 se fera progressivement, et ce passage n’entrainera heureusement pas un blocage des communications externes et internes des entreprises qui seront restées en IPv4. Mais à terme, les entreprises qui prendront du retard dans cette migration pourront rencontrer des soucis plus ou plus moins importants.

La bonne nouvelle est que beaucoup d’éléments nécessaires à cette transition sont déjà en place.

Windows par exemple intègre le support d’IPv6 depuis 2002 et Vista ou Windows 7 chargent les deux protocoles IPv6 et IPv4 par défaut (dual stack), il n’y a donc pas de logiciel additionnel à installer sur le poste client. Un certain nombre d’outils existent qui permettent d’encapsuler du trafic IPv6 dans des paquets IPv4, sachant que le réseau devra supporter des équipements IPv4 pendant de nombreuses années.

Un des freins à la migration réside dans la base installée d’équipements IPv4 dont une grande partie ne pourra pas évoluer vers IPv6 et qui devront continuer à être supportés. L’autre souci majeur réside dans l’absence d’une comptabilité ascendante dans la spécification IPv6 qui aurait permis de supporter indifféremment l’un ou l’autre protocole, de la même façon que Windows, par exemple, gère des applications écrites pour des versions antérieures de ce système.

La conséquence en étant que les clients (qu’ils s’agissent de particuliers ou d’entreprises) et fournisseurs ayant basculé leurs équipements sous IPv6 pourraient ne pas accéder aux sites d’une entreprise dont le réseau serait toujours configuré en IPv4.

Autres soucis prévisibles : un débit et un accès réduit à certains endroits et à certains moments.

Des failles de sécurité pourraient également apparaitre à cause d’une mauvaise configuration des réseaux ou d’une mauvaise gestion de ces derniers.

Quels bénéfices ?

Ces difficultés prévisibles pourraient refroidir certaines entreprises. Mais le principal argument avancé pour ne pas migrer immédiatement vers IPv6 est l’absence de retour sur investissement à court terme.

Cet argument est renforcé par une étude publiée en 2005 par le National Institute of Standards and Technology (NIST) qui estimait le coût de la migration à 25 milliards de dollars étalés sur 25 ans !

Mais ce même organisme avançait également que le bénéfice du passage à l’IPv6 pourrait s’élever à 10 milliards de dollars par an.

L’IPv6 présenterait en effet deux atouts majeurs : une simplification du réseau et une amélioration de la connectivité des équipements. Ces deux facteurs pourraient favoriser l’émergence de nouveaux usages et stimuleraient l’innovation.

Quoi qu’il en soit, le passage à l’IPv6 est inéluctable. Toutes les applications et matériels reliés à Internet doivent être adaptés ou remplacés par des solutions compatibles avec l’IPv6 qui est une technologie mature. Les entreprises doivent s’y préparer dès maintenant en planifiant une migration axée principalement sur les applications et services en relation directe avec leurs clients et leurs fournisseurs.

Advertisements

Discussion

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :