Articles IT et Télécoms

Twitter ou l’irrésistible ascension du micro-blogging

Le deuxième ou troisième réseau social en termes de notoriété derrière Facebook reste relativement méconnu et incompris en dépit d’un usage qui croît régulièrement. L’influence grandissante de Twitter, notamment dans un contexte de crise politique comme celui observé au proche orient, mérite que l’on s’y arrête pour en comprendre la nature.

Twitter est un phénomène du numérique, un OVNI comme seul l’Internet peut en générer.

Inconnu trois ou quatre ans plus tôt, ce service de micro-blog est devenu incontournable avec plus de 200 millions d’utilisateurs, quelques 100 millions de « Tweets » quotidiens (mini messages diffusés via la plateforme Twitter), soit plus d’un millier de messages par seconde.

Les précurseurs de Twitter

L’ancêtre du « Tweet » n’est autre que le blog.

Issu du Web 1.0, c’est-à-dire de la première génération du Web (circa 1995-2005), le blog a constitué une révolution majeure dans le domaine de la communication. Pour la première fois, chaque internaute pouvait produire du contenu consultable potentiellement par toute personne connectée à l’Internet. Comme l’a fameusement énoncé Benjamin Bayard, « Si l’imprimerie a appris aux gens à lire, Internet leur a appris à écrire ».

Le blog connut son heure de gloire au début des années 2000 mais son poids relatif s’est considérablement amoindri depuis l’avènement des réseaux sociaux et notamment de Facebook.

Ce dernier est devenu pour une majorité d’internautes l’emplacement le plus naturel pour publier toute sorte d’informations destinées à ses proches, le blog devenant de plus en plus un outil destiné à la communication professionnelle.

Mais Facebook, tout comme les blogs sont des outils qui fonctionnent en mode « Pull », c’est-à-dire qu’il est nécessaire de se connecter sur ces sites pour aller chercher l’information.

Quoique nombreux soient ceux qui restent vissés à leur page Facebook, il existe un moyen plus efficace de toucher rapidement un vaste public. Ce moyen est le mode « Push » que l’on peut traduire par diffusion.

Micro-blogging

C’est sans doute ce constat qui est à l’origine d’un nouveau service apparu en 2006. Ce nouvel outil de micro-blogging était destiné à permettre à ses utilisateurs de diffuser de l’information et en particulier faire savoir à leur entourage ce qu’ils sont en train de faire.

Ce service finalement appelé Twitter en 2007 se définit lui-même comme étant « le meilleur moyen de découvrir ce qui se passe dans le monde », une définition plus large et plus valorisante pour un outil qui s’avère très efficace pour relayer très rapidement de l’information.

Caractéristiques du service

Un message diffusé via la plateforme Twitter est appelé un « Tweet ». Ce message est nécessairement limité à 140 caractères, espaces et URL compris.

Ces messages sont diffusés aux « suiveurs » ou « followers », c’est-à-dire aux utilisateurs qui se sont abonnés aux messages diffusés par un émetteur. Une fois émis, les messages sont diffusés via l’Internet, sous forme de SMS ou de message instantané et donc reçus automatiquement sans qu’il soit nécessaire de se connecter.

La caractéristique des Tweets est d’être des messages unidirectionnels, de l’émetteur vers ses suiveurs, sans possibilité de retour.

En d’autres termes, contrairement aux contenus postés sur un blog, les commentaires ne sont techniquement pas possibles. Par contre et c’est sans doute ce qui en fait la puissance, il est très facile de « retweeter », c’est-à-dire de retransmettre un message reçu à destination de son propre réseau de suiveurs.

On a donc une organisation pyramidale dont le sommet est constitué par l’émetteur d’un message et qui peut voir ce dernier repris et diffusé très rapidement auprès d’un grand nombre de nouveaux suiveurs.

Dans le contexte de crise politique que connaissent un certain nombre de pays, un outil comme Twitter peut devenir un outil redoutable pour organiser un mouvement ou communiquer vers l’extérieur. On l’a vu en Iran et plus récemment en Tunisie et en Egypte où le pouvoir à tout bonnement coupé toute connexion à l’Internet pour limiter les risques.

Contenu des Tweets …

C’est là où le phénomène commence à devenir intéressant.

La finalité originelle de Twitter était de permettre à ses utilisateurs de raconter tout ce qui leur passe par la tête et c’est bien ce qu’ils font !

Un sondage réalisé sur un échantillon de « Tweets » a mis en évidence les contenus suivants :

  • Bavardage sans intérêt : 40 %
  • Contenu conversationnel : 38 %
  • Transmission d’information : 9 %
  • Promotion personnelle : 6 %
  • Spam : 4 %
  • Nouvelles : 3 %

Comme on pouvait s’y attendre, une majorité de Tweets ne présente pas plus d’intérêt qu’un SMS annonçant qu’on sort du métro. Et pourtant, plus de 100 millions de ces messages circulent quotidiennement ce qui laisse songeur sur le besoin irrésistible de « communiquer », de rester connecté en permanence que semblent éprouver quelques centaines de millions d’individus.

Applications marketing

Quoi que l’on pense du phénomène, la quantité impressionnante de messages diffusés constitue une mine d’informations intéressante pour tous ceux : sociologues, marketeurs, politiques … qui s’efforcent de suivre les tendances de l’opinion.

Les Tweets sont indexés dans Google et Bing (le moteur de recherche de Microsoft) et une simple requête sur la page d’accueil du site de Twitter permet d’afficher un grand nombre de commentaires et de réactions relatives au terme recherché.

La surveillance des Tweets échangés sur tel ou tel sujet, le hit-parade des sujets les plus mentionnés permettent de dégager des tendances, de suivre l’évolution des opinions et donc de se donner le cas échéant les moyens d’orienter celles-ci.

Le Tweet représente l’écho des sentiments des utilisateurs et peut être utilisé comme un amplificateur de tendances.

Du point de vue de l’entreprise, le Tweet n’apparait pas à première vue comme un outil indispensable mais dès lors que l’on s’adresse à un public large, son utilisation devient de plus en plus courante pour garder un lien avec ses clients, pour créer du « Buzz » à moindre coût et enfin pour comprendre ce qui se dit en temps réel sur votre marque ou sur vos produits.

Une campagne de Tweet ne coûte presque rien et pour peu que l’on ait créé une base importante de suiveurs, il sera très facile de Tweeter un lien internet pointant sur une vidéo ou une page web afin de diriger ses fans vers une promotion et entretenir l’intérêt pour la marque.

D’une certaine façon, le Tweet peut être considéré comme l’équivalent d’une newsletter mais destinée à un public dont la capacité d’attention ne dépasse pas quelques secondes … Ce qui explique sans doute pourquoi les 140 caractères ne représentent pas un handicap mais plutôt une avantage lorsqu’il s’agit de communiquer vers cette cible.

Vite publié, mais pas oublié

Comme indiqué plus haut, les Tweets font l’objet d’une indexation, ce qui signifie que les règles de prudence qui s’appliquent dans la diffusion de contenu sur Internet ont également cours ici. Même si le message est cours, un Tweet trop rapide peut poursuivre son auteur des années plus tard …

Publicités

Discussion

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :