Articles IT et Télécoms

Windows Phone 7 : le nouveau Smartphone de Microsoft face à l’iPhone et Android

Lancé le 21 Octobre dernier et supporté par une importante campagne de publicité, Windows Phone 7 incarne les espoirs de Microsoft de revenir sur le marché du mobile.

Loin d’être une copie de l’iPhone ou d’Androïd, ce nouveau smartphone se distingue par une interface innovante tout en cherchant à s’inspirer des meilleures idées de ses concurrents. Revue des points forts et des faiblesses de ce nouveau prétendant.

Après avoir joué les pionniers du marché des smartphones en lançant Windows Mobile en 2003, Microsoft s’est laissé surprendre par Apple qui réalisait un des plus beaux coups de son histoire en introduisant l’iPhone en 2007.

Ce lancement devait être suivi par celui du système Androïd de Google en 2009 qui, tout en s’inspirant largement du modèle d’Apple, rencontre un succès croissant et rattrape rapidement ce dernier.

Rompant avec l’interface de Windows Mobile ou encore celle du système Symbian de Nokia, ces nouveaux smartphones introduisaient une nouvelle expérience d’utilisation intuitive reposant sur une interface tactile multi point bien adaptée au format de l’appareil. L’autre innovation majeure a consisté à offrir en téléchargement toutes sortes d’applications permettant d’étendre les services de ces appareils.

Pris de court, doté d’un système soudainement devenu obsolète, Microsoft n’avait pas d’autre choix que de revoir sa copie.

Une nouvelle fondation

Tirant les conclusions qui s’imposaient, Microsoft a pris la décision courageuse et inédite de repartir de zéro pour développer Windows Phone 7, même si cela devait signifier de renoncer à la compatibilité des applications écrites pour Windows Mobile.

La deuxième rupture s’est manifestée sous la forme de spécifications matérielles très contraignantes pour les fabricants de terminaux que sont HTC, LG, Samsung ou encore Dell.

Afin de garantir la compatibilité des applications, quel que soit le mobile Windows Phone 7 utilisé, chaque constructeur se doit de respecter des spécifications minimales homogènes.

De ce fait, en dehors de la vitesse du processeur qui doit respecter une fréquence minimum, les seules variantes autorisées concernent la présence ou non d’un clavier amovible, le type d’écran qui devra de toute façon être capacitif multi points ou encore la qualité des haut-parleurs.

Une expérience utilisateur qui se démarque de la concurrence

Microsoft espère se différencier en proposant une expérience utilisateur innovante, dynamique et plus productive que ses concurrents directs.

Le côté dynamique se matérialise dans l’écran de démarrage, complètement personnalisable, affichant en temps réel les notifications concernant les appels, les SMS et MMS et les emails mais également les contacts ou les photos.

L’idée étant de fournir en un seul coup d’œil une masse d’informations sur lesquelles agir sans avoir à consulter un grand nombre d’applications différentes.

L’innovation réside dans le dépassement du modèle d’interface introduit par l’iPhone.

Dans le système développé par Apple, il y a une application pour chaque fonction. Le problème étant que la réalisation de nombreuses tâches nécessite de passer par plusieurs applications différentes et non intégrées. On va ainsi passer beaucoup de temps à lancer une application avant de la fermer pour en ouvrir une seconde, la fermer à son tour pour accéder à la troisième …

La réponse de Microsoft à cette problématique réside dans le concept des « hub ». Ceux-ci ont pour objet de consolider des données en provenance de différents services pour les regrouper dans une application unique afin d’en faciliter la consultation.

Le hub « contacts » par exemple va intégrer dans une application unique les contacts en provenance du carnet d’adresses professionnel mais également les contacts Facebook, Gmail, Hotmail, …. évitant ainsi de lancer autant d’applications que de services pour gérer ses contacts.

Même chose concernant le hub « photos». Les images qui vont s’afficher dans cette application seront bien sûr celles prises par la caméra de l’appareil mais elles comprendront également les images publiées par les contacts de l’utilisateur en provenance de différents réseaux.

Ce concept est encore illustré par l’agenda qui permet d’intégrer les rendez-vous en provenances de sources différentes (agenda professionnel tout comme privé) afin de présenter une vue consolidée de l’emploi du temps. Les couleurs utilisées permettant de distinguer chacun des agendas.

On ajoutera enfin que la navigation à l’intérieur des « hubs » s’effectue en faisant défiler horizontalement un « panorama » composé de multiples écrans. Chaque écran affiche un niveau de détail différent en passant de la vue la plus globale à la plus détaillée.


Atouts et faiblesses de Windows Phone 7

La bonne nouvelle pour Microsoft est que Windows Phone 7 se démarque du paradigme introduit par Apple avec l’iPhone en développant une expérience utilisateur novatrice. Contrairement à Google avec Android, l’éditeur ne s’est pas contenté de reproduire ce qu’avait (bien) fait Apple mais a cherché à innover.

Avec Windows Phone 7, Microsoft a essayé de trouver un nouvel équilibre pour permettre aux constructeurs d’innover tout en garantissant un niveau d’homogénéité nécessaire à la préservation de l’expérience utilisateur quel que soit le constructeur.

Windows Phone 7 bénéficie de quelques atouts qui lui sont propres comme son intégration avec Xbox Live, une excellente plateforme musicale et enfin un modèle de développement facilitant l’écriture d’applications dont a besoin tout système depuis l’iPhone.

C’est justement une des faiblesses de Windows Phone 7 aujourd’hui que de ne pas disposer d’un catalogue d’applications comparable à ceux de ses principaux concurrents. Microsoft met donc les bouchées doubles pour rattraper son retard et proposer rapidement les applications les plus utilisées sur Android et iPhone, préférant privilégier la qualité à la quantité.

Parmi les autres lacunes de cette version 1.0 de Windows Phone 7, on notera l’absence aujourd’hui du copier-coller entre applications ainsi que celle d’un réel multi tâches.

Microsoft a annoncé une mise à jour de son système pour début 2011 qui apportera entre autres choses le copier-coller réclamé. D’une façon générale, on peut s’attendre à voir arriver une succession rapide de mises à jour pour permettre à Windows Phone 7 de combler le gap fonctionnel qui le sépare de ses concurrents partis plus tôt.

Une compétition au long cours

Nul ne peut prédire à priori le succès ou les difficultés que rencontrera Windows Phone 7 mais on peut porter au crédit de Microsoft de s’être donné les moyens de réussir en ayant le courage de tout remettre à plat. Qui plus est, Windows Phone 7 représente une évolution bienvenue du paradigme d’utilisation inaugurée par l’iPhone mais resté depuis en l’état. La réaction du public à cette nouvelle interface constituera sans doute une des clés du succès ou de l’échec de Windows Phone 7.

Même si Windows Phone 7 représente la version 1.0 d’une nouvelle plateforme, il ne fait aucun doute que Microsoft se donnera les moyens de faire évoluer rapidement celle-ci en y investissant les ressources de développement nécessaires sans oublier d’accompagner son lancement avec des moyens conséquents.

Personne, Microsoft compris, ne s’attend à ce que Windows Phone 7 ne vienne détrôner l’iPhone et Android avec cette première version.

Rien n’empêche de penser pour autant que la combinaison d’une nouvelle plateforme totalement repensée alliée avec la persévérance de l’éditeur ne lui permette de reconquérir progressivement une position significative sur un marché qui est loin d’avoir atteint sa maturité.

Advertisements

Discussion

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :