Articles IT et Télécoms

Le déclin inéluctable du PC de bureau

Le PC de bureau « traditionnel » est une espèce menacée. Sous les influences conjuguées d’une aspiration croissante à la mobilité, d’une baisse du coût des équipements et de la montée en puissance des applications Web, de plus en plus d’utilisateurs se détournent de cette première génération d’ordinateurs au profit d’appareils plus légers et véritablement personnels.

Pendant de nombreuses années, disons une bonne décennie, le PC classique a représenté l’unique solution pour qui souhaitait s’équiper d’un ordinateur.

Cet état des choses a commencé à évoluer à la fin des années 80 avec l’arrivée des transportables produits notamment par Compaq, machines qui incarnaient les premières ébauches des portables à venir.

Compaq Portable III circa 1987

Chers, peu puissants, dénués d’autonomie et réservés à une élite disposant de ressources financières conséquentes, ces premières alternatives n’ont connu qu’un succès relatif en dehors de quelques entreprises fortunées.

Comparés à ces machines et même aux premiers véritables portables, le PC traditionnel était beaucoup plus puissant, il disposait d’un écran plus large et de meilleure qualité, de disques durs d’une capacité plus importante … et il était également beaucoup moins cher. Dans ces conditions, l’utilisation d’un portable pouvait être envisagée en tant qu’ordinateur secondaire mais rarement en tant que machine principale.

La montée en puissance des portables

Au cours de cette décennie, du fait de la baisse continue du prix des composants électroniques, la plupart de ces désavantages se sont progressivement estompés et les portables ont vu leur prix baisser spectaculairement alors que dans le même temps leurs performances s’accroissaient de façon tout aussi impressionnante.

Un portable récent est non seulement pratiquement aussi puissant qu’un PC « classique » mais son coût a chuté dans des proportions telles qu’il est devenu abordable, y compris pour le grand public.

Ces évolutions se sont produites au moment même où les aspirations à la mobilité se développaient dans la population et trouvaient dans les portables l’instrument d’une autonomie revendiquée.

Au même moment, le PC voyait son avantage comparatif se réduire comme peau de chagrin et surtout conservait sa caractéristique principale qui consiste à être une machine « fixe ».

Depuis plusieurs années, les statistiques de vente confirment la popularité croissante du portable : après avoir rattrapé progressivement les ventes de PC, les ventes de portables ont atteint la parité avec celles des PC il y a deux ans aux Etats-Unis et dépassent désormais les ventes de PC.

Selon l’institut d’études Forrester, le déclin du PC va inexorablement se poursuivre dans les années à venir.

Si les prédictions du graphique ci-dessus se réalisent, le PC ne représentera plus que 18 % des unités commercialisées dans cinq ans, 80 % des ventes étant constituées de portables, de netbooks et de tablettes dont les ventes devraient même dépasser celles des PC.

PC partagé et portable personnel

En parlant du PC, acronyme signifiant « Personal Computer » ou ordinateur personnel, il convient de noter que cet appareil est devenu de moins en moins personnel au fil du temps. Dans la plupart des foyers s’est instauré une lutte quotidienne pour avoir accès à la précieuse machine et la solution consiste généralement dans l’équipement progressif de chaque membre du foyer d’un portable qui devient véritablement la machine personnelle, c’est-à-dire dont l’usage est presque exclusif à un individu.

La résistance du PC

Il convient de tempérer les observations qui précèdent en observant qu’elles s’appliquent avant tout au marché domestique. Dans l’entreprise, même si la mobilité a le vent en poupe, un grand nombre de postes de travail sont fixes par nature et ne justifient donc pas d’un portable. En environnement industriel, le PC partagé entre plusieurs ouvriers représente la norme.

Le marché du PC n’est pas mort pour autant. Il reste et il continuera à rester un marché du PC destiné des utilisateurs avancés travaillant à la production de contenu, au développement de pages Web, au montage vidéo, sans oublier les nombreux « gamers » qui ne sauraient se satisfaire des performances des portables ni surtout de leurs écrans aux dimensions limitées.

L’influence du Web et l’arrivée des tablettes

Une nouvelle tendance de fond consiste dans le déplacement vers le web de l’exécution de nombreuses applications, du stockage d’une partie des données, du jeu, du visionnage de vidéos, … toutes choses qui rendent à chaque fois un peu moins nécessaire de disposer d’un PC fixe doté de processeurs puissants et disques de grande capacité.

On ajoutera le succès croissant d’une nouvelle génération d’appareils appelés « tablettes », popularisés par Apple avec son iPad, qui sont principalement destinés à la consommation de contenu numérique.

Même si l’usage des tablettes devrait être partagé entre les membres d’un foyer, la progression attendue des ventes de ce type d’appareil devrait contribuer à marginaliser encore un peu plus le bon vieux PC.

La nécessité d’une continuité de l’expérience utilisateur

Au fur et à mesure que se généralise l’adoption de nouveaux appareils : notebook, smartphone, tablettes, … apparait une problématique nouvelle qui consiste dans une dispersion des activités entre ces différents outils et donc une discontinuité de l’expérience d’utilisation de l’outil informatique.

Il reste à jeter les bases d’une nouvelle continuité permettant d’interrompre une activité sur son smartphone pour la reprendre sur son PC en arrivant au bureau, puis si nécessaire pour la prolonger sur son portable ou sa tablette à domicile.

Beaucoup y réfléchissent, à l’instar de Microsoft avec sa vision des « trois écrans et du nuage » ou encore de Google, mais il faudra certainement encore quelques années avant de disposer de solutions qui soient agnostiques vis-à-vis des plateformes utilisées et qui rendront finalement obsolète le concept même d’ordinateur personnel.

Advertisements

Discussion

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :