Articles IT et Télécoms

La mutation progressive du mobile en ordinateur personnel

Désormais près de 75 % de la population mondiale est équipée d’un mobile, intelligent ou pas. Avec seulement 25 % des individus qui sont aujourd’hui raccordés à la toile, le développement futur d’internet passe clairement par le mobile qui est amené à jouer un rôle de plus en plus important en tant que second ordinateur personnel.

Selon l’IUT, l’institut international des télécommunications, la barre des cinq milliards d’utilisateurs de mobiles sera franchie en 2010.

Le graphique ci-dessus extrait d’un rapport de l’IUT illustre la progression très rapide de l’usage du mobile à l’échelle mondiale, il montre également la progression continue, quoique plus lente du nombre d’internautes.

Ce graphique établit enfin un constat intéressant et peu connu qui est que le nombre d’internautes mobiles a d’ores et déjà dépassé celui des internautes « fixes », le croisement des courbes étant intervenu en 2008.

Ce fait illustre bien l’importance croissante du mobile dans le développement futur d’internet, ce qui aiguise l’intérêt de nombreux industriels.

Google par exemple, à l’occasion du récent Mobile World Congress, déclarait que les Smartphones (ou ordiphones suivant la commission de terminologie) dépasseront les ventes de PC dans les cinq ans à venir. Eric Schmidt, le PDG de l’entreprise ajoutait vouloir mettre le « mobile first », c’est-à-dire privilégier le développement d’applications mobiles avant de considérer une version « fixe » de chaque nouvelle application.

Dans les pays développés, la pénétration des Smartphones se développe en effet rapidement, aidée en cela par le succès de l’iPhone qui ne se dément pas. Ce mobile est à lui seul responsable de plus de 80 % de la consommation de bande passante des différents terminaux du marché.

Depuis la sortie du premier iPhone en 2007, la plupart des acteurs de ce marché ont révisé leur stratégie : Nokia, Google, RIM, Microsoft entre autres ayant emboîté le pas à Apple et travaillant d’arrache-pied à renouveler leur offre comme l’illustre l’annonce de Windows Phone 7 par Microsoft, à l’occasion du Mobile World Congress le mois dernier.

La conséquence de cet engouement pour les Smartphones se matérialise dans la prolifération des applications spécifiquement écrites pour les mobiles. Ces applications transforment progressivement les habitudes d’utilisation et font du portable un outil de plus en plus important, tant sur un plan personnel que professionnel.

Le mobile devient ainsi un nouveau terrain d’affrontement sur lequel les positions sont à conquérir.

Cette lutte est perceptible par exemple dans la multiplication des navigateurs retaillés pour les mobiles : on trouve ainsi le navigateur Opera dont les parts de marché sont plus importantes sur mobile que sur PC, le navigateur de Google installé dans sa plateforme Android, celui d’Apple présent dans l’iPhone, mais également une version à venir en provenance de Mozilla (à l’origine de Firefox), sans oublier une version d’Internet Explorer de Microsoft pour sa plateforme Windows Phone.

L’importance croissante du mobile pour accéder à Internet fait également de celui-ci un nouvel edorado pour les publicitaires. Du fait de la présence de puces GPS dans les smartphones, il est de plus en plus facile de « géolocaliser » l’utilisateur et donc de lui servir un contenu qui prenne en compte son emplacement.

Lors de l’annonce de son prochain mobile, Microsoft montrait comment le fait d’entrer un mot clé comme « sushi » dans le moteur de recherche affichait automatiquement une liste de restaurants servant ce type de mets, classés par ordre de distance croissante.

Les usages du Smartphones n’en finissent pas de se multiplier. Il est utilisé pour se connecter à son réseau social favori, pour « chatter », pour jouer, pour se déplacer à pied comme en voiture, pour regarder des vidéos ou la télévision mobile.

Sur un plan professionnel, il est utilisé pour rester en contact avec l’entreprise au moyen du courrier électronique ou de la communication instantanée. Il dispose de sa propre déclinaison d’Office et permet d’accéder à des librairies SharePoint pour collaborer en situation de mobilité.

Le succès des Smartphones a pour conséquence que les réseaux de données mobiles nécessaires à l’acheminement de ce trafic se trouvent soudain sous dimensionnés. De nombreux observateurs pointent le risque d’un engorgement des réseaux 3G ce qui entraîne une accélération des investissements dans la 4G destinés à accroître significativement la bande passante disponible.

Le mobile devient donc un outil universel qui entre potentiellement en concurrence avec l’autre portable, c’est-à-dire l’ordinateur mobile ou le netbook.

Même si le mobile ne pourra sans doute jamais remplacer un PC du fait de sa taille d’écran ou de sa puissance embarquée, il dispose au contraire de ce dernier d’une caractéristique majeure qui est sa mobilité et son caractère éminemment personnel.

Nous assistons ainsi à la métamorphose du mobile qui se transforme de plus en plus en un second PC compagnon du premier.

Pour les pays dits émergents, le mobile représente le premier vecteur de l’accès aux TIC, loin devant le PC. De ce fait, cet outil est de plus en plus utilisé non seulement pour communiquer mais également pour de nouvelles applications touchant au domaine de la santé ou de la banque.

Les médecins utilisent par exemple le portable pour transmettre par SMS les rappels de rendez-vous ainsi que des aides écrites dans le cas de prescriptions complexes. Sachant qu’il y a plus d’individus qui possèdent un mobile qu’un compte en banque, les institutions financières cherchent à développer de nouveaux instruments adaptés à cet outil.

Conscients de l’importance du phénomène, de nombreux acteurs cherchent à développer des offres adaptées à ce marché qui prendront la forme de Smartphones d’entrée de gamme, à la fois plus abordables financièrement et plus faciles d’utilisation.

Le mobile est donc appelé à jouer à un rôle de plus important, en complément du PC fixe dans les pays développés ou bien en tant qu’outil unique de communication et d’accès à l’Internet dans les pays émergents.

Rapport de l’UIT :
http://www.itu.int/ITU-D/ict/material/Telecom09_flyer.pdf

Advertisements

Discussion

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :