Articles IT et Télécoms

Office arrive sur le Web en 2010

Microsoft vient de débuter le test public de la première version Web d’Office. Word, Excel, PowerPoint et OneNote seront les premières applications Office à être disponibles dans une version Internet destinée à compléter et non à remplacer ces mêmes outils sur le poste de travail.

Comme il l’avait annoncé en fin d’année dernière, Microsoft travaille à une version web d’Office 2010 qui concernera les quatre applications ci-dessus. Cette offre appelée Office Web Applications (OWA pour faire court) sera accessible gratuitement pour tous les utilisateurs équipés d’un navigateur Internet Explorer, Firefox ou Safari pour les utilisateurs de Macintosh.

OWA permettra de collaborer sur des documents Office hébergés par un serveur. La version Web d’Excel, par exemple, sera utilisable par plusieurs utilisateurs qui pourront consulter et éditer simultanément un même document. Les modifications apportées seront visibles en temps réel par l’ensemble des personnes connectées sur ce document.

OWA reproduit fidèlement la nouvelle interface d’Office apparue avec la version 2007 de cette suite. Les applications OWA seront toutes dotées d’un ruban reproduisant les fonctionnalités et l’interface des versions « riches » de ces mêmes applications. Il existe néanmoins une différence importante quant aux fonctionnalités disponibles entre les deux versions.

OWA se limite à la visualisation et à l’édition « légère » d’un document. La version web de Word permettra d’éditer ou d’entrer du texte, de le mettre en forme (gras, souligné, taille de police, …) mais pas d’éditer une table des matières par exemple.

OWA a pour objectif d’implémenter un sous ensemble des fonctionnalités des applications Office traditionnelles. Selon Microsoft, OWA ne vise pas à remplacer mais à compléter l’utilisation de la suite Office. OWA vise à permettre aux 500 millions d’utilisateurs d’Office de collaborer en ligne avec quiconque, en consultation comme en édition, sans nécessiter d’avoir Office installé sur son PC.

A noter qu’un possesseur d’Office invité à travailler sur un document partagé aura le choix d’utiliser la version complète du programme correspondant au fichier hébergé. Un bouton « télécharger » dans le ruban permettra de transférer sur sa machine le document, de l’éditer en profitant de la richesse fonctionnelle d’Office avant que de sauvegarder le document modifié sur le serveur. Office 2010 ajoutera d’ailleurs une option permettant de sauvegarder directement ses documents sur le net.

OWA sera disponible pour le grand public comme pour les entreprises.

Pour ces dernières, Microsoft permettra le stockage des documents sur les serveurs SharePoint de ses clients plutôt que sur ses propres serveurs. Cette caractéristique est destinée à rassurer les entreprises qui peuvent être réticentes à mettre sur le Web des documents confidentiels. En laissant le soin aux entreprises utilisatrices de sécuriser l’accès à leurs documents, Microsoft espère se différencier de Google qui propose des services comparables avec Google Apps, mais sans laisser à ses clients la possibilité de gérer et de sécuriser eux-mêmes leurs documents.

OWA représente la réponse de Microsoft à Google Apps. L’éditeur compte sur la similarité de l’expérience utilisateur OWA avec Office, sur la compatibilité avec son format de fichier pour freiner l’adoption de la suite hébergée de son concurrent.

Microsoft n’estime pas qu’OWA, même s’il est gratuit, « cannibalisera » les ventes d’Office, les fonctionnalités de cette version Web ne constituant qu’un sous ensemble réduit de la suite complète. OWA est plus un complément, une facilité de partage et de collaboration, qu’un substitut potentiel d’Office.

Une version beta ouverte au grand public devrait être disponible d’ici la fin de l’année avant la disponibilité finale d’OWA qui devrait coïncider avec le lancement d’Office 2010 aux alentours du printemps prochain.

Advertisements

Discussion

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :