Articles IT et Télécoms

Les interruptions de certains services remettent elles en cause le mode SaaS ?

Début Janvier 2009 Salesforce.com, éditeur phare du mode SaaS *, cessait de fonctionner pendant 30 à 40 minutes, après avoir connu d’autres déboires similaires au cours des mois précédents.

Si cette période d’indisponibilité peut sembler anodine, elle n’en a pas moins été à l’origine d’un nombre très important de commentaires portant sur les limites et les dangers de l’externalisation de services applicatifs.

Il est vrai que pendant ces 40 minutes, les collaborateurs des quelques 52 000 entreprises clientes de Salesforce.com n’ont pas été en mesure d’accéder à leurs données et se sont retrouvées de facto en situation de chômage technique à défaut d’une solution de remplacement au sein de l’entreprise.

Certains éditeurs, qui voient l’émergence de solutions SaaS comme une menace à leur business model *, n’ont pas manqué de se faire entendre en pointant du doigt les limites du mode SaaS et en mettant en avant les avantages d’un déploiement classique d’applications installées au sein du Datacenter de l’entreprise.

Les partisans du mode SaaS ont répliqué de leur côté en mettant en perspective la durée d’indisponibilité moyenne des services hébergés sur Internet avec la durée moyenne des pannes rencontrées dans la plupart des services informatiques.

Il semble pourtant que ce débat soit déjà dépassé, tous les éditeurs ou presque se préparant à proposer leurs solutions en mode hébergé, à l’instar d’Oracle ou de Microsoft. Ce dernier prône une approche hybride dite de « Software + Services » consistant à découper un service applicatif entre une composante s’exécutant sur le poste de travail et une deuxième composante utilisable sous la forme d’un service hébergé.

On notera à ce sujet que cette dernière approche semble rallier des puristes du mode SaaS puisque Google vient d’annoncer l’arrivée prochaine d’un mode déconnecté de son service GMail jusque là accessible uniquement sur le Web.

SaaS : Software as a Service ou service applicatif (le CRM dans le cas de Salezsforce.com) hébergé et accessible via Internet. Le SaaS représente une alternative au mode traditionnel dans lequel les applications sont installées dans le Datacenter de l’entreprise.

Business model : Modèle d’affaires

Publicités

Discussion

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :