Articles IT et Télécoms

Les services Cloud à destination du grand public : SkyDrive, Dropbox et Google Drive pour sauvegarder et partager ses données dans le nuage

Fin avril, Google créait l’évènement en annonçant son service de stockage et de partage en ligne destiné à concurrencer Dropbox et SkyDrive de Microsoft. A la différence des offres se contentant de sauvegarder des données, ces services Cloud permettent de partager ses informations avec d’autres utilisateurs mais aussi de les synchroniser entre plusieurs ordinateurs et terminaux mobiles.

Avec la multiplication des offres s’adressant au grand public, le cloud devient progressivement « personnel » et répond ainsi aux besoins d’utilisateurs dont les habitudes de travail ont profondément changé en quelques années.

Il est loin le temps où un utilisateur était lié à un PC dûment identifié doté de son disque dur inamovible. De plus en plus d’internautes disposent désormais de plusieurs PC, de portables, sans oublier les smartphones et tablettes.

Avec la multiplication de ces outils se pose le problème de l’emplacement des données de travail. Il est fréquent aujourd’hui de commencer un document au bureau pour continuer à y travailler à domicile et d’avoir besoin d’y accéder depuis une machine anonyme en situation de déplacement. Comment en outre partager ces documents entre plusieurs contributeurs potentiels et centraliser les ajouts sans avoir à gérer une multitude d’emails et de pièces jointes ?

La solution à cette problématique de plus en plus fréquente passe par la mise en place d’un « Cloud » personnel.

De nombreux outils sont apparus ces dernières années adoptant pour la plupart le modèle « Freemuim ». Ce modèle de tarification consiste à offrir gratuitement des services de base et à facturer ensuite les services plus avancés qui se révèlent rapidement indispensables dès lors que l’internaute utilise régulièrement le service. C’est ainsi que Yousendit permet d’envoyer gratuitement par email des fichiers jusqu’à 50 Mo mais facture tout envoi au-delà de cette limite.

SkyDrive, Google Drive et Dropbox vont plus loin en hébergeant les données de l’utilisateur et en intégrant des fonctionnalités empruntées aux plateformes de collaboration. Ils permettent notamment de partager des fichiers en donnant un accès en lecture ou en modification, facilitant ainsi le travail en groupe.

SkyDrive

Disponible depuis quelques années, ce service offrait jusqu’à une date récente un hébergement de 25 Go. Il suffisait de créer un compte Hotmail pour en bénéficier.

Malgré l’intérêt de disposer d’une telle capacité et d’une parfaite intégration à Hotmail, ce service pêchait par une ergonomie perfectible notamment si on le comparait à Dropbox. Cette lacune a été comblée par l’éditeur qui a dévoilé fin avril une nouvelle version.

La principale évolution consiste dans la possibilité de gérer les fichiers hébergés dans le cloud directement depuis l’explorateur Windows (ou le Finder pour les utilisateurs de MacOS), sans nécessiter de se connecter au service SkyDrive.


Contenu du dossier SkyDrive d’un poste de travail

Tout fichier placé dans le dossier SkyDrive de son PC est alors automatiquement synchronisé en ligne et devient dès lors accessible depuis une connexion Internet, pour soi-même comme pour les personnes disposant d’autorisations d’accès. Chaque fichier peut avoir une taille allant jusqu’à 2 Go.

Des applications mobiles pour iPhone/iPad, et Windows Phone sont disponibles pour ajouter, éditer et synchroniser des fichiers.

Outre les données hébergées dans le cloud, il est également possible via SkyDrive en déplacement d’accéder aux données de son PC, si tant est que celui-ci soit allumé et connecté.

SkyDrive permet en outre d’éditer des documents en ligne, même si l’on ne dispose pas d’Office sur sa machine. Les versions Web de Word, d’Excel, de PowerPoint ou de OneNote, même si elles n’offrent pas toute la richesse fonctionnelle des applications Office « classiques », permettent néanmoins de visualiser et d’éditer les documents stockés sur le cloud.

Le nouveau SkyDrive apporte quelques améliorations dans ce domaine. Il est ainsi possible de travailler simultanément avec d’autres personnes sur une feuille de calcul Excel. Tant que le fichier est stocké sur SkyDrive, vous pouvez voir les modifications que les utilisateurs apportent en temps réel. On peut également emmener ses notes et listes de tâches où que ce soit en utilisant l’application OneNote gratuite pour Windows Phone, iPhone et Android.

Revers de la médaille lié à cette nouvelle version, la capacité totale de stockage est passée de 25 Go à 7 Go, sauf pour ceux qui avaient déjà un compte Hotmail et qui l’ont actualisé. Reste que 7 Go gratuits représente une capacité plus importante que celles proposées par Dropbox ou Google.

Pour bénéficier d’une capacité supplémentaire, il faut souscrire à un abonnement : 8 €/an les 20 Go supplémentaires, 19€/an les 50 Go et 37 €/an les 100 Go.

Google Drive


Très attendu, ce service a été lancé à la fin du mois dernier.

Sur le papier, Google Drive et SkyDrive sont assez similaires. Tout détenteur d’un compte Google bénéficie de 5 Go d’espace disque. A cela il faut ajouter 5 Go d’espace utilisé par Google Documents.

L’utilisateur dispose ainsi de 10 Go pour entreposer ses fichiers (photos, vidéos et documents bureautiques). Au total, 30 types de fichiers sont pris en charge.

Comme pour les autres offres, il est possible de disposer d’une capacité supplémentaire en souscrivant à un abonnement : 20 Go supplémentaires sont facturés 2,49 $ par mois ou 4,99 $/mois pour 100 Go, contre 14,99 $ pour Dropbox (les prix ne sont pas encore exprimés en euros). Il est même possible d’avoir 1 To pour 50 $/mois.

A l’instar des services de Microsoft et de Dropbox, Google Drive installe une application compatible Windows et Mac OS X (et bientôt GNU/Linux) sur l’ordinateur. Des versions pour les terminaux mobiles sont ou seront disponibles (Android, Apple iOS).

Google propose quelques fonctions spécifiques comme les reconnaissances optiques de caractères (si vous sauvegardez une page numérisée d’un journal, Google Drive pourra repérer des mots-clés) et d’images (si vous stockez une photo montrant le Panthéon, Google Drive pourra l’indiquer dans ses résultats si vous tapez « panthéon »).


D’autres services sont annoncés à plus ou moins court terme : streaming vidéo, communication avec des fax, édition d’images… Pour les DSI, Google pourrait proposer la gestion centralisée. Elle permettrait aux administrateurs d’ajouter ou de supprimer de l’espace de stockage pour des utilisateurs individuels ou groupés.

Dropbox


Ce service s’est imposé en quelques années en permettant facilement de partager ses données avec d’autres utilisateurs.

La force de ce service repose sur son ergonomie et sur son engagement à rester simple d’utilisation.


L’application Dropbox peut être installée sous Windows, Mac OS, Linux, iOS, Android et BlackBerry.

La capacité gratuitement utilisable est limitée à 2 Go mais peut s’accroître de 500 Mo par utilisateur parrainé. Pour 50 ou 100 Go de capacité, il faudra compter respectivement 10 et 20 € par mois.

A l’instar de SkyDrive et de Google Drive ce service permet de stocker ses données en ligne et de les partager facilement. Il ne permet pas par contre de les éditer en ligne sans disposer des applications sur son poste de travail.

Un challenger gratuit issu du monde Linux

Proposé depuis un an environ par Canonical, éditeur de la distribution GNU/Linux Ubuntu, Ubuntu One permet de synchroniser et de partager ses images, musique, contacts et notes entre ordinateurs et appareils mobiles en utilisant un espace de stockage personnel sur le Web. Compatible Linux et Windows, cette application permet de bénéficier gratuitement de 5 Go de capacité de stockage. Il y a aussi une offre payante : 2.99 $/mois la tranche de 20Go.

Discussion

Les commentaires sont fermés.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: